Effets sur la santé pulmonaire des habitants du voisinage d’unités de fabrication d’alimentation animale concentrée : exposition évaluée au moyen d’une technique d’estimation optimisée

Effects on pulmonary health of neighboring residents of concentrated animal feeding operations : exposure assessed using optimized estimation techniques A. Schulze, H. Römmelt, V. Ehrenstein, R. Van Strien, G. Praml, H. Küchenhoff, D. Nowak, K. Radon Archives of Environmental and Occupational Health 2011, vol 66, n°3, pages 146-154. Bibliographie.
Les effets néfastes potentiels sur la santé des unités de fabrication d’alimentation animale concentrée (OAACs), qui avaient été aussi mis en évidence par l’enquête des mêmes auteurs sur le poumon en Basse Saxe (Lower Saxony Lung Study) sont une préoccupation de Santé Publique. Les auteurs (bavarois, danois et hollandais) ont eu pour but d’explorer les effets sur la santé pulmonaire des habitants du voisinage évalués au moyen d’une technique d’estimation optimisée. L’émission annuelle d’ammoniac a été mesurée pour évaluer l’émission provenant de l’OAAC et des champs environnants. La localisation des points d’échantillonnage a été optimisée en recourant à des analyses de clusters. L’exposition individuelle de 457 sujets non agriculteurs a été interpolée par des méthodes de poids relatif. Les niveaux d’ammoniac annuels moyens estimés variaient entre 16 et 24 µg/m3. Les participants exposés de manière élevée devaient probablement être sensibilisés contre les allergènes ubiquitaires par rapport aux sujets moins exposés [odds ratio ajustés (OR) 4,2 ; intervalle de confiance à 95 % (IC 95%) 1,2 à 13,2]. De plus, ils avaient un volume expiratoire maximum par seconde (VEMS) significativement plus bas (différence moyenne ajustée en % de l’attendu - 8 % ; IC 95% -13% à -3%). Les résultats antérieurs des auteurs (les OAACs peuvent contribuer à l’augmentation des affections respiratoires) ont été confirmés par cette enquête.
(publié le 30 janvier 2012)