Estimation de l’impact sanitaire associé à l’exposition au formaldéhyde dans les environnements inérieurs

C. Greillet, S. Fraize-Frontier, G. Perouel, T. Bayeux, L. Bodin, G. Boulanger Environnement et Risques Santé, ERS, 2016, vol.15, n°1, pp.48-61. Références
Les principaux contaminants détectés dans l’air intérieur peuvent être responsables d’une simple gêne, voire d’un développement ou de l’aggravation de pathologies.
Certains composés organiques volatils tels le formaldéhyde sont présents à des concentrations supérieures dans l’air intérieur par rapport à l’air extérieur.
Ce formaldéhyde est responsable de quatre effets à savoir l’asthme, les irritations sensorielles, les lésions histopathologiques des cavités nasales et le cancer du nasopharynx. Il a de fait un impact sur la santé, les individus et l’économie, justifiant son estimation.
"Pour chaque effet, une étude source a été sélectionnée, à partir desquelles des relations doses-réponses ont été construites ou sélectionnées. Parallèlement, des scénarios d’exposition tenant compte de la variabilité des fréquences de séjour dans les différents environnements selon les classes d’âge et le statut socio-économique de la population française ont été établis. A partir de ces scénarios d’exposition, des distributions de concentrations inhalées ont été obtenues puis croisées aux relations doses-réponses permettant ainsi, pour chaque effet, un calcul d’impact sanitaire".
Il ressort de cette étude que si l’impact sanitaire pour la population générale de développer un cancer du nasopharynx semble nul suite à l’inhalation de formaldéhyde dans les environnements intérieurs, l’impact sanitaire pour l’asthme chez les enfants âgés de 0 à 18 ans doit être pris en considération.
(publié le 28 mars 2016)