Exposition à la pollution de l’air et ses conséquences défavorables sur la grossesse dans une grande cohorte de naissance au Royaume-Uni. Utilisation d’une technique originale de modélisation spatio-temporelle
Air pollution exposure and adverse pregnancy outcomes in a large UK birth cohort : use of a novel spatio-temporal modelling technique

K. Hannam, R. McNamee, P. Baker C. Sibley, R. Agius Scandinavian Journal of Work, Environment and Health, 2014, vol 40, n°5, pages 518-530. Bibliographie.

De précédents travaux suggèrent une association entre l’exposition à la pollution atmosphérique et les effets défavorables sur la grossesse, même à des concentrations relativement faibles. Cette étude, du Royaume-Uni, quantifie cette exposition sur la prématurité (PTB) et la croissance du fœtus dans une grande cohorte du Royaume-Uni en utilisant une nouvelle technique. L’estimation de l’exposition [(S-T) modèle spatio-temporel] parallèlement à une technique de surveillance traditionnelle fixe (NSTAT).

Tous les codes postaux disponibles dans l’ouest de l’Angleterre où il y a eu des naissances au cours de 2004-2008 ont été géocodées (N = 203 562 naissances). Des estimations de la pollution ont été associées à des périodes correspondantes de grossesse en utilisant un modèle environnemental de concentrations ajustées temporellement ainsi que le NSTAT. Les associations avec la prématurité, des petits fœtus pour l’âge gestationnel (SGA) et le poids de naissance ont été étudiés en utilisant des modèles de régression d’ajustement pour l’âge maternel, l’origine ethnique, la parité, la saison de naissance, le statut socio-économique, l’indice de masse corporelle et le tabagisme.

Basé sur le nouveau modèle ST, une petite association statistiquement significative a été observée pour les particules (PM10) et le SGA, en particulier lors de l’exposition au 1er et 3è trimestre de la grossesse. Des effets similaires sur le SGA ont aussi été trouvés pour le dioxyde d’azote (NO2), les particules (PM2,5) et le monoxyde de carbone (CO) en fin de grossesse mais sans risque global accru.

Aucune association n’a été trouvée avec les NOx et la prématurité et la réduction du poids de naissance.

Ces résultats suggèrent une association entre les expositions à la pollution de l’air et des fœtus petits pour l’âge gestationnel, en particulier au 3è trimestre de grossesse, mais pas avec la prématurité ou un petit poids de naissance.

(publié le 4 décembre 2014)