Exposition prénatale au DDT et cancer du testicule : une enquête cas-témoin appariée
Prenatal DDT exposure and testicular cancer : a nested case-control study

B Cohn, P Cirillo, R Christianson Archives of Environmental and Occupational Health, 2010, vol 65, n°3, pages 127-134. Bibliographie.
Les auteures californiennes (USA) ont examiné les taux des composés liés au DDT dans le sérum maternel en relation avec le risque de cancer du testicule pour leur fils 30 ans plus tard. Quinze des 9 744 fils nés vivants ont eu un diagnostic de cancer du testicule à cellules germinales et avaient des échantillons de sérum maternel. Les cas ont été appariés à trois témoins sur l’ethnie et l’année de naissance. Les composés liés au DDT dans le sérum maternel, mesurés peu après l’accouchement, étaient associés avec le risque de cancer du testicule pour leurs fils. Malgré la faible puissance statistique, les auteures ont observé que les mères des cas avaient un ratio significativement plus élevé de p,p’ DDT [1-1-1 trichloro 2-2’-bis(p-chlorophényle) éthane par rapport au p,p’ DDE [1-1’-dichloro-2-2’-bis (p-chlorophényle) éthylène] et plus faible de 0, p’ DDT [1-1-1- trichloro-2- (p- chlorophényle) -2- (0-chlorophényle) éthane]. Ces résultats sont cohérents avec une exposition antérieure au DDT et avec une élimination plus lente du p,p’-DDT chez des mères des cas. Dans quelle mesure ces associations peuvent-elles être directes, ou intervenir par d’autres voies, cela reste inconnu. Des recherches ultérieures sur les différences inter-individuelles dans le métabolisme du DDT pourraient fournir des indications sur l’étiologie du cancer testiculaire.
(publié le 16 décembre 2010)