Immuniser des moustiques pour éradiquer la dengue

A. Debroise La Recherche, 2011, n°456, pp.8-10
La dengue qui contamine plus de 50 millions de personnes par an dans le monde se transmet par l’intermédiaire de moustiques, essentiellement Aedes aegypti (originaire d’Afrique qui a conquis toutes les terres tropicales) et Aedes Albopictus (venant d’Asie mais que l’on retrouve dans les régions tempérées dont l’Amérique du Nord, l’Italie et la France).
Une équipe internationale s’est proposée d’infecter les insectes vecteurs de la maladie par la bactérie pathogène Wolbachia afin de réduire leur espérance de vie, tout en faisant transmettre la maladie à la descendance . Plusieurs années de mise au point du protocole ont été nécessaires mais pour un résultat en fin de compte décevant. Si la durée de vie des moustiques est plus courte, elle est tout de même suffisante pour qu’ils transmettent la dengue à l’homme mais insuffisante pour que la maladie puisse se propager dans une population de moustiques non encore infectés.
Une souche moins virulente est alors utilisée qui permet non plus de tuer les moustiques mais de les infecter avec une bactérie quasi inoffensive qui les protègerait contre le virus. Leur reproduction est aussi modifiée et les mâles non infectés ne peuvent plus procréer avec les femelles infectées. Pour que toute la population de moustiques devienne porteuse de cette résistance, les biologistes ont pratiqué des lâchers de moustiques et sept semaines plus tard, 80% de la population de moustiques était infectée donc devenue résistante à la dengue.
Pour conclure, des expériences similaires doivent être tentées dans des zones où la maladie est endémique : le Vietnam, la Thaïlande ou l’Indonésie. Cette résistance n’a été démontrée que pour un sérotype ; or il en existe 4. Il reste aussi à savoir combien de temps le contrôle par Wolbachia sera efficace ?
(publié le 26 octobre 2011)