Jet lag :
respecter les rythmes psychosociaux du pays d’arrivée aide au recalage horaire

H. Marotte Le Concours Médical, 2011, vol.33, n° 2, pp.149. Bibliographie

Le décalage horaire est dû au franchissement rapide de fuseaux horaires et perturbe le fonctionnement de l’organisme dans sa composante rythmique.
Le rythme circadien qui a une période naturelle voisine de 24 heures et demi à 25 heures ne peut s’adapter que dans l’intervalle 21 à 28 heures.
Les principaux rythmes circadiens de l’organisme sont l’alternance veille-sommeil, la température du corps et le taux de cortisol.
Le rythme de la vigilance présente deux minimums caractéristiques avec une tendance à l’endormissement en début d’après-midi et en fin de nuit (autour de 3-5 h le matin).
A la faveur d’un voyage, lorsque le décalage horaire reste modéré (jusqu’à 8-9 h), les rythmes circadiens se recalent approximativement de trois heures par jour pour un voyage d’Est en Ouest (Europe vers Amérique) et de deux heures par jour en sens inverse (Europe vers Orient).
Pour des décalages horaires proches de l’inversion, le recalage complet ne se fait que d’une heure par 24 heures.
Mais tous les rythmes de l’organisme ne se resynchronisent pas en phase les uns avec les autres, ce qui est une source de fatigue.
On peut aider le recalage horaire par :

  • des moyens pharmacologiques : caféine surtout sous sa forme à libération prolongée (mais qui n’est encore disponible que pour des essais) ;
  • inducteurs de sommeil à durée d’action courte pour aider à l’endormissement mais possibles effet secondaires qui méritent de les tester avant le voyage ;
  • la mélatonine longtemps louée (mais qui n’a pas tenu ses promesses) ;
  • des moyens environnementaux et comportementaux : s’astreindre à respecter l’horaire local pour le rythme alimentaire et l’activité physique et se calquer pour ses occupations, sur l’alternance veille-sommeil.

Pour un voyage court, (2 jours sur place) , il est préférable si possible de respecter l’heure de la base de départ pour toutes les activités.

(publié le 10 mai 2011)