L’éclairage naturel des lieux de travail

Face au Risque, 2014, n°499, pp. 38-39
Le code du travail ne précise pas quelles valeurs d’éclairage naturel devront être utilisées. Il recommande seulement son usage chaque fois que possible.
L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) au travers de sa fiche pratique ED 82 mentionne que les valeurs d’éclairage naturel conseillées pour la plupart des locaux de travail sont de l’ordre de 300 à 400 lux. Une seconde solution est d’assurer un minimum d’éclairage complémentaire à l’éclairage artificiel et dans ce cas, une valeur de l’ordre de 200 lux peut être retenue pour l’éclairage naturel.
L’éclairage naturel pourra être latéral pour les bâtiments de faible hauteur sous plafond (2,50 ou 3 m) ; il sera zénithal pour toute hauteur supérieure à 4,5 m sauf pour les locaux de faible profondeur. L’usage de lanterneaux, de voûtes filantes ou de tubes réfléchissants conduisant la lumière du toit vers les pièces aveugles est à privilégier.
A cela s’ajoute la vue sur l’extérieur à hauteur des yeux qui est obligatoire dans la mesure où les locaux de l’entreprise ne comportent pas d’obstacle visuel.
Il existe des outils de calcul qui permettent de pré-dimensionner une installation d’éclairage zénithal qui tient compte du facteur de lumière du jour obtenu à partir d’une étude des bases de données climatiques.
(publié le 18 février 2014)