La pollution atmosphérique, cause de cancer bronchique ?

J. Trédaniel, C. Durand, L. Teixeira, L. Staudacher, C. Beuzelin, J-L. Jagot, I. Stucker, J. Robert, S. Salmeron Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2011, vol.72, n°3, pp.290-296. Bibliographie
Le cancer du poumon est le cancer le plus fréquemment diagnostiqué dans le monde et le pourvoyeur de la mortalité la plus élevée.
A côté du tabagisme, la pollution atmosphérique a été l’une des premières causes envisagées.
L’air extérieur est en effet pollué par "une combinaison complexe de composés organiques volatils où prédominent les benzènes et hydrocarbures polycycliques aromatiques et les particules fines composées de substances organiques et minérales et sur lesquelles vont s’adsorber différentes substances toxiques comme les hydrocarbures et les métaux lourds".
Dans les pays occidentaux, les émanations diesel sont considérées comme la source la plus importante de la pollution aérienne.
De nombreuses études ont été menées : études écologiques et temporelles, études cas-témoins, études prospectives de cohortes, mais peu sont disponibles en Europe et il s’avère difficile de préciser rétrospectivement le degré d’exposition des sujets potentiellement victimes. Les conclusions des études sont entachées de nombreux biais qui peuvent conduire à une sous ou à une sur-estimation des effets liés à la pollution.
La poursuite de travaux sur ce thème reste donc une priorité en Santé publique. En effet, même si le risque individuel lié à la pollution atmosphérique peut être considéré comme relativement faible, les conséquences de cette exposition à l’échelle de la population sont importantes, touchant particulièrement les travailleurs en milieu extérieur et les enfants avec la possibilité de conséquences à long terme. Une majoration de 10 µg/m 3 de NO2 se traduit par un RR égal à 1,48 pour ce qui est du cancer du poumon et de 1,27 pour la mortalité cardiopulmonaire (résultats d’une étude française conduite en 1975-1976 dans 24 quartiers de 7 villes françaises).
(publié le 5 octobre 2011)