Particules ultrafines et santé : Apport des études épidémiologiques

A. LEFRANC, S.LARRIEU Environnement, Risques et Santé, 2008, Vol.7, N°5, pages 341-347. Bibliographie

Les particules ultrafines (PUF) de diamètre inférieur à 0,1 µm sont suspectées de jouer un rôle important car elles pénètrent au plus profond des voies respiratoires, peuvent franchir très rapidement la paroi épithéliale vers l’interstitium pulmonaire, atteindre la circulation sanguine pour être ensuite distribuées vers des organes cibles et peuvent engendrer des phénomènes pro-inflammatoires et allergiques. Elles peuvent contenir de nombreuses substances toxiques. Les études expérimentales et les études épidémiologiques sont complémentaires pour caractériser les effets sanitaires des PUF sur la santé humaine. Les études expérimentales montrent qu’elles sont susceptibles d’entraîner différents effets néfastes mais les études épidémiologiques se heurtent à des difficultés méthodologiques, notamment à la rareté des mesures des niveaux de PUF dans l’air ambiant et aux limites de l’utilisation de ces mesures pour l’évaluation des niveaux d’exposition. « Au final, les données issues des études sont extrêmement parcellaires ». Il convient donc de poursuivre les travaux épidémiologiques « pour mieux caractériser les conséquences de l’exposition aux PUF en conditions réelles, en incluant les expositions chroniques et les effets sanitaires autres que cardio-vasculaires et respiratoires ».

09B0141

(publié le 28 janvier 2009)