Remplacement du diesel fossile par du carburant biodiesel : impact prévu sur la santé
Replacing fossil diesel by biodiesel fuel : expected impact on health

H.P. Hutter, M. Kundi, H. Moshammer, J. Shelton, B. Krüger, I. Schicker, P. Wallner Archives of Environmental and Occupational Health 2015, vol 70, n°1, pages 4-9. Bibliographie.

Les biocarburants sont devenus une alternative aux combustibles fossiles, mais les conséquences sur la santé humaine d’un changement dans la composition des émissions sont encore incomprises. En combinant les informations sur la composition des gaz d’échappement des véhicules, des modèles de dispersion et la relation entre l’exposition aux contaminants de l’air et la santé, les auteurs autrichiens ont déterminé les résultats de la mortalité attendue dans deux scénarios : un mélange de 10 % de biodiesel et de 90 % de diesel standard (B10) et le biodiesel seulement (B100) pour un environnement urbain et rural. Les gaz d’échappement pour les deux compositions de carburant contenaient une masse plus faible de particules fines, mais des niveaux de NO2 plus élevés. Les concentrations dans l’air ambiant de particules fines dans le scénario B10 sont demeurées pratiquement inchangées par rapport aux mesures de référence. Dans le scénario B100, pour les particules d’un diamètre aérodynamique < 2,5 µm (PM 2,5), le niveau a diminué de 4 à 8 % (selon la région) et le niveau de NO2 a augmenté de 7 à 11 % (selon la région).

La réduction des PM 2,5 devrait permettre de réduire le taux de mortalité de 5.10-6 à 31.10-6/an (selon la région), alors que l’augmentation du NO2 ajoute 17.10-6 à 31.10-6 de taux de mortalité (pour le B10 et B100 respectivement).

Comme les effets de PM 2,5 et du NO2 ne sont pas indépendants, un effet positif net est possible.

(publié le 12 juin 2015)