Résidence maternelle à proximité d’incinérateurs municipaux de déchets et risque de malformations de l’appareil urinaire à la naissance

Maternal residence near municipal waste incinerators and the risk of urinary tract birth defects S. Cordier, A. Lehébel, E. Amar, L. Anzivino-Viricel, M. Hours, C Monfort, C. Chevrier, M. Chiron, E. Robert-Gnansia Occupational and Environmental Medicine. 2010, vol 67, n°7, pp. 493-499. Bibliographie.

L’incinération de déchets relargue dans l’atmosphère un mélange de produits chimiques à haut potentiel embryotoxique, comprenant des métaux lourds, des dioxines et des furanes. Dans une enquête écologique précédente, les auteures françaises avaient trouvé une association entre le risque de malformation de l’appareil urinaire à la naissance et la résidence à proximité d’incinérateurs municipaux de déchets solides (IMDS). L’objectif de la présente enquête était de tester spécifiquement cette association. Une enquête cas-témoin en population générale a comparé 304 nouveaux-nés ayant des malformations de l’appareil urinaire diagnostiquées dans la région Rhône-Alpes (entre 2001 et 2003) avec un échantillon tiré au sort de 226 référents appariés pour le sexe du nouveau-né, l’année et le canton de naissance. L’exposition aux dioxines au début de la grossesse sur le lieu de résidence, utilisée comme traceur du mélange de polluants relargué par 21 incinérateurs de déchets en activité, a été prédite par un modèle Gaussien de seconde génération (logiciel ADMS3). Les autres émissions industrielles de dioxines, la densité de la population et l’absence de voisinage ont aussi été évaluées.

Les facteurs de risque individuels, comprenant la consommation d’aliments locaux, ont été obtenus par des entretiens avec 62% des cas et toutes les familles des témoins. Le risque était augmenté pour les mères exposées aux dioxines au-dessus de la médiane au début de leur grossesse (OR 2.95 ; IC 95% 1.47 à 5.92 pour les dépôts de dioxine). Lorsqu’on prenait en compte uniquement les cas interrogés sur leurs risques individuels, les estimations de risque diminuaient principalement du fait que les cas non interrogés étaient plus souvent ceux résidant dans une zone exposée (OR 2.05 ; IC 95% 0.92 à 4.57). Les résultats suggèrent que la consommation d’aliments locaux modifie ce risque.

En conclusion, cette enquête confirme la précédente observation des auteures, d’un lien entre le risque de malformations de l’appareil urinaire à la naissance et l’exposition aux émissions des IMDS en début de grossesse et illustre l’effet des biais de participation sur les estimations de risque d’impact sur la santé environnementale.

(publié le 10 décembre 2010)