Syndromes collectifs inexpliqués

F. Kermarec, F. Dor Le Concours Médical, 2011, vol.133, n°6, pp. 476-477. Bibliographie
Ces syndromes collectifs inexpliqués qui peuvent être des épidémies de malaises, de symptômes dermatologiques ou rhino-conjonctivaux sont décrits dans la littérature scientifique sous l’appellation "syndrome des bâtiments malsains".
Il est bien admis que les conditions environnementales ne suffisent pas à expliquer ces phénomènes et que des facteurs d’ordre psychosocial interviennent dans la survenue et la dissémination de symptômes au sein de la collectivité.
Mais comment reconnaître précocement ces syndromes et les prendre en charge de manière adaptée ?
Un guide méthodologique pour une analyse pluridisciplinaire a été élaboré par l’Institut de veille sanitaire en concertation avec la Direction générale du travail et plusieurs directions régionales du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle.
http://www.invs.sante.fr/publicatio...
Il met l’accent sur l’analyse de la situation et la gestion de la "crise" .
Le rôle du médecin du travail est d’investiguer, d’écouter, de formuler des hypothèses explicatives. Le recours d’emblée à des mesures de la qualité de l’air est tentant mais risqué ; il est en effet prudent de réfléchir à des hypothèses explicatives afin de conditionner le protocole des investigations à mener.
De même, au stade de la gestion de la situation, il est judicieux d’éviter les mesures radicales telles que la fermeture des locaux qui rendront un retour à la normale très problématique.
La proposition est de prendre en charge médicalement les personnes concernées et de les orienter si nécessaire vers une consultation spécialisée, dans le strict respect des règles de confidentialité. Elle peut être complétée par une prise en charge psycho-sociale si des facteurs psychologiques ou sociologiques ont pu être identifiés.
La qualité de la prise en charge de ces syndromes dépend d’une bonne coordination des différents acteurs, permettant la gestion cohérente et efficace des différentes informations.
La communication est essentielle tant dans la formulation des explications que dans le retour d’information vers la collectivité et dans la prise en charge, en concertation avec la cellule de coordination mise en place lors de la phase de réception du signalement des troubles.
(publié le 5 octobre 2011)