Taux plasmatiques de dioxines, furannes, non-ortho-PCBs, et équivalents toxiques dans la population de Seveso 17 ans après l’accident

Plasma levels of dioxins, furans, non-ortho-PCBs, and TEQs in the Seveso population 17 years after the accident D. Consonni, R. Sindaco, L. Agnello, N.E. Caporaso, M.T. Landi, A.C. Pesatori, P.A. Bertazzi La Medicina del Lavoro, 2012, vol. 103, n°4, pages 259-267. Bibliographie.

L’accident de Seveso (Italie) en 1976 a provoqué la contamination d’une grande partie de la population par la 2,3,7,8 – tétrachlorodibenzo-para-dioxine (2,3,7,8-TCDD). Le territoire contaminé avait été divisé en trois zones : A (très forte contamination), B (forte contamination), et R (faible contamination). Les auteurs milanais et américains rapportent dans cet article les concentrations plasmatiques de sept dibenzo-para-dioxines polychlorées (PCDDs), de 10 dibenzofurannes polychlorés (PCDFs), de quatre non-ortho-polychlorés biphényls (nPCBs) et de toxiques équivalents (TEQs) au sein d’un échantillon d’habitants des zones A et B les plus polluées et d’habitants d’une zone non contaminée de référence.

Entre décembre 1992 et mars 1994, 62 sujets ont été sélectionnés par tirage au sort dans la population vivant dans la zone A (n = 7) et dans la zone B (n = 55). Un échantillon de 59 sujets vivant dans la région très proche non contaminée (non-ABR), appariés par le genre, l’âge et le statut vis-à-vis du tabac, ont été recrutés comme sujets référents. Tous les sujets ont complété un questionnaire explorant les données démographiques, de mode de vie, d’antécédents médicaux et de facteurs liés à l’accident. Les mesurages des concentrations plasmatiques en PCDD, PCDF et nPCB ont été faites par chromatographie gazeuse à haute résolution et analyses par spectrométrie de masse à haute résolution, avec des résultats exprimés en picogrammes/gramme de lipides, ou parties par trillion (ppt). Les auteurs ont calculé les toxiques équivalents (TEQs) en recourant aux Facteurs d’Equivalences toxiques de l’OMS de 2005 (TEFs). Les résultats révèlent des taux médians élevés de 2,3,7,8 – TCDD dans les échantillons de plasma des sujets vivant dans la zone A (73,3 ppt) et dans la zone B (12,4 ppt), par rapport aux habitants de la zone de référence (5,5 ppt). Dans les analyses ajustées par le genre, l’âge, le statut vis-à-vis du tabac et l’indice de masse corporelle (IMC), aucun des autres congénères ne montrait de taux plus élevés que la référence dans les zones contaminées. Par rapport aux hommes, les femmes avaient des niveaux plus élevés (113 %) de 2,3,7,8-TCDD et une légère élévation (17 %) de TEQ pour les autres congénères. L’âge était fortement associé positivement avec la plupart des niveaux des congénères ; les TEQs pour les PCDDs, PCDEs, et les nPCBs étaient augmentés de respectivement 12 %, 24 % et 41 % pour chaque décennie d’âge. Les fumeurs actuels avaient des niveaux de TEQ plus faible (de – 37 % à – 67 %) que les sujets qui n’avaient jamais fumé. L’IMC était associé négativement avec les niveaux de quelques congénères, mais sans impact sur les valeurs de TEQ.

En conclusion, l’accident de Seveso a provoqué une exposition grave de la population uniquement à la 2,3,7,8-TCDD. Aucun des autres congénères analysés n’a montré de variation entre les zones. L’âge a montré une forte association positive avec les TEQs pour toutes les classes de composés (PCDDs, PCDEs et nPCBs).

(publié le 11 décembre 2012)