Température de l’air et réponses inflammatoires et de la coagulation chez des hommes atteints d’affections respiratoires ou coronaires au cours de l’hiver.

Air temperature and inflammatory and coagulation responses in men with coronary or pulmonary disease during the winter season. R Hampel, S Breitner, R Rückerl, M Frampton, W Koenig, R Phipps, E Wichman, A Peters, A Schneider Occupational and Environmental Medicine, 2010, vol.67, N:6, pages 408-416. Bibliographie

Les changements de température de l’air sont associés avec une augmentation du risque cardiovasculaire et pulmonaire, mais les rôles des marqueurs de l’inflammation et de la coagulation ne sont pas bien compris. Les auteurs allemands ont étudié les associations entre la température et plusieurs marqueurs sanguins chez des patients ayant des affections coronariennes (AC) et des affections pulmonaires (AP).

Deux enquêtes ont été menées à Erfurt, en Allemagne, au cours de deux hivers successifs. 578 et 381 examens sanguins répétés ont été recueillis chez respectivement 57 patients atteints d’AC et 38 patients atteints d’AP. Des données sur les caractéristiques des patients et l’histoire de leur maladie ont été réunies au départ. Les données météorologiques ont été recueillies à partir des réseaux existants. Les associations ont été analysées en utilisant des modèles additifs mélangés avec des effets sur des patients tirés au sort. L’effet modificateur lié au diabète n’a été exploré que chez les patients atteints d’AC, du fait que seulement 2 patients atteints d’AP étaient diabétiques. La température moyenne de l’air a varié entre -13°C et +16°C dans les deux périodes d’enquête. Une baisse de 10°C dans les moyennes de température des 5 jours précédant le prélèvement sanguin amenait à une augmentation de la numération plaquettaire (pourcentage de modification par rapport à la moyenne 3,0 ; IC 95% 0,6% à 5,5%) et du fibrinogène (5,5% ; IC 95% 1,3% à 9,7%), aucune modification de la protéine C-réactive chez les patients atteints d’AP, et une diminution de la protéine C-réactive chez les patients atteints d’AC. Une augmentation retardée de 2 jours du facteur VII associée avec une baisse de la température a été vue chez les patients atteints d’AC (4,9% ; IC95% 0,7% à 9,2%) alors que chez les patients atteints d’AP on n’ observait aucun effet : "Des effets chez les patients atteints d’AC non diabétiques" au sein "des effets sur le facteur VII chez les patients atteints d’AC non diabétiques".

En conclusion, cette enquête suggère que la baisse de la température de l’air est associée avec des modifications de plusieurs paramètres sanguins. L’interaction complexe des marqueurs sanguins aux températures basses peut contribuer à l’association observée entre le froid et la mortalité/morbidité cardiovasculaire.

(publié le 5 juillet 2010)