Traitement des écrans et des tubes à rayonnement cathodique : évaluation des niveaux d’exposition aux composés métalliques

B. Savary J.M. Elcabache, R. Vincent Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2008, Vol.69, N°4, pages 541-546. Bibliographie

Des campagnes de prélèvement d’air ont été menées dans deux établissements effectuant du démantèlement d’équipements électriques et électroniques et deux établissements dépolluant les tubes cathodiques. La durée de prélèvement a été comprise entre 3 et 5 heures, en fonction du temps des postes de travail du matin et de l’après-midi. Les poussières déposées sur les plans de travail ont été analysées et ont mis en évidence la présence d’un nombre important de métaux : plomb, fer, aluminium, cadmium, zinc, silicium, manganèse, magnésium, chrome, titane, cuivre, baryum et erbium. La matière principale étant du verre, il est très probable que les métaux se trouvent sous forme d’oxyde. Quel que soit le poste de travail ou l’établissement, les niveaux d’exposition sont identiques mais la nature des poussières diffère selon le poste concerné. C’est ainsi que les niveaux d’exposition au plomb sont plus élevés lors de la dépollution du tube cathodique avec 60% des valeurs supérieures à la VME (100 µg/m3) par rapport à l’étape de démantèlement. De manière générale, les mesures ont mis en évidence une exposition à des mélanges de poussières complexes et relativement fines dont les effets synergiques sont inconnus. La présence de plomb dans les déchets contraint les entreprises à mette en place des contrôles règlementaires et des moyens de prévention adaptés. Eu égard au parc informatique existant, cette activité devrait encore se développer dans les prochains années. Mais commence à se dessiner le traitement des nouveaux types d’écrans et il faudra être prudent face à l’oxyde d’indium dopé à l’étain qui a occasionné des cas d’intoxication mortelle lors de leur fabrication.

09B0112

(publié le 2 décembre 2008)