DMLA : l’intervention sur la cataracte est -elle un facteur favorisant ?

A. Pichot de Champfleury Le Concours Médical, 2012, n°6, p.479
La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la première cause de cécité après 65 ans dans les pays industrialisés. Son incidence augmente exponentiellement avec l’âge.
Il s’agit d’une atteinte maculaire tardive.
Les facteurs de risques sont génétiques (risque multiplié par 4 en cas d’antécédents familiaux).
Ils sont aussi environnementaux : tabagisme, exposition à la lumière bleue, alimentation.
La prise d’antioxydants, de certains minéraux coenzymes des enzymes oxydants (cuivre, zinc, sélénium) permet de diminuer de 25% le risque d’évolution d’un stade précoce de la maladie vers une forme compliquée.
Sont protecteurs une alimentation riche en pigments maculaires (choux, brocolis, épinards, laitue, navets, haricot verts, carottes) et les acides gras essentiels riches en omega 3 (saumon, hareng, maquereau, truite,sardine, thon).
Une étude datant de 1994 confirmée par d’autres travaux montre un risque accru de DMLA avec néo-vaisseaux choroïdiens chez les patients opérés de cataracte (risque multiplié par 4).
(publié le 8 novembre 2012)