L’arrêt maladie comme marqueur pronostique pour les situations de mauvais état général chronique : analyse de la mortalité dans l’enquête GAZEL

Sickness absence as a prognostic marker for common chronic conditions : analysis of mortality in the GAZEL study M. Kivimäki, J. Head, J.E. Ferrie, A. Singh-Manoux, H. Westerlund, J. Vahtera, A. Leclerc, M. Melchior, A. Chevalier, K. Alexanderson, M. Zins, M. Goldberg Occupational and Environmental Medicine, 2008, vol.65, n°12, p.820-826. Bibliographie

L’objectif de cette enquête européenne était de déterminer si l’arrêt maladie est un marqueur pronostique en termes de mortalité chez les personnes ayant un mauvais état général chronique.

Les auteurs britanniques, français, finlandais et suédois ont utilisé les données de l’enquête de cohorte professionnelle prospective de 13 077 hommes et 4 871 femmes âgés de 37 à 51 ans de l’entreprise nationale française du gaz et de l’électricité (EDF-GDF). Les certificats médicaux d’arrêt maladie sur une période de 3 ans ont été obtenus à partir des registres de l’employeur. Les maladies chroniques ont été évaluées dans les surveillances annuelles de la même période. L’issue principale mesurée était la mortalité pour toute cause (803 décès, durée moyenne de suivi après l’évaluation de l’arrêt maladie : 13,9 ans).

Dans des modèles de risque proportionnel de Cox ajustés par l’âge, le sexe, le statut socio-économique et la co-morbidité, plus de 28 jours d’absence annuelle pour arrêt maladie versus aucun jour d’arrêt était associé avec un excès de risque de mortalité chez ceux ayant un cancer (ratio de risque 5,4 ; IC 95% 2,2 à 13,1), une dépression (1,7 ; 1,1 à 2,8), une bronchite chronique ou un asthme (2,7 ; 1,6 à 4,6), et une hypertension (1,6 ; 1,0 à 2,6). Les ratios de risque correspondant pour plus de cinq épisodes d’absence pour maladie (supérieure à 14 jours) pour 10 personnes-années versus aucun épisode de ce type étaient respectivement de 5,4 (2,2 à 13,1), 1,8 (1,3 à 2,7), 2,0 (1,3 à 3,2) et 1,8 (1,2 à 2,7). Les aires sous les courbes des caractéristiques intervenantes des sujets concernés pour ces mesures d’absence variaient entre 0,56 et 0,73, indiquant le potentiel de ces mesures pour distinguer des groupes à haut risque de mortalité. Les résultats se tenaient quels que soient le sexe, l’âge et les groupes socio-économiques ainsi que chez ceux ayant ou non d’autres pathologies.

En conclusion, les données sur l’absence pour maladie peuvent fournir une information pronostique utile pour les situations de mauvais état général au niveau de la population.

09A0433

(publié le 15 juin 2009)