L’hygiéniste et sociologue Louis-René Villermé (1782-1863) : un pionnier de la médecine du travail
The hygienist and sociologist Louis-René Villermé (1782-1863) : a pioneer of occupational medicine

G. Tsoucalas, A.A. Kousoulis, M. Karmanou, E. Stamboulis, G. Androutsos La Medicina del Lavoro, 2012, vol. 103, n°4, pages 243-248. Bibliographie.
Les travaux et les recherches de Louis-René Villermé l’ont rangé parmi les personnalités les plus importantes dans l’histoire de la médecine du travail. Les buts de cet article étaient de rappeler objectivement l’influence et l’impact de la vie et de l’œuvre de Villermé dans la mise en place de la médecine du travail. Une analyse minutieuse de la littérature scientifique et historique a été menée sur le sujet. Les Auteurs grecs ont porté une attention particulière sur les sources originelles françaises. Louis-René Villermé est né à Paris le 10 Mars 1782. Disposant d’une bonne prospérité financière et grâce à la reconnaissance de ses premiers travaux, il a réussi à proposer avec allant et de manière efficace une nouvelle façon de penser. Il a souligné l’importance de l’observation du contexte social, le rôle des enquêtes sur le manque d’hygiène, le bien fondé des révélations statistiques et de l’étude des données démographiques et il s’est consacré aux problèmes sanitaires de la force de travail. Il est mort chez lui le 16 novembre 1863, après avoir vécu intensément, mené de nombreuses actions de travail social et beaucoup voyagé. Sa défense des droits des classes populaires, son opposition au travail des enfants et aux inégalités entre les hommes et les femmes, sa lutte pour l’amélioration des conditions de vie dans les prisons restent des idéaux intemporels. Il a fourni un modèle de référence pour la recherche médico-sociale et contribué à l’institution d’une nouvelle discipline scientifique : la médecine du travail.
(publié le 11 décembre 2012)