Les bénéfices du sport pour la santé

P. NAUDIN-ROUSSELLE, J.C. VERDIER Le Généraliste, 2008, cahier 2, n° 2461, p. 4-7. Bibliographie

Les premiers résultats de l’ Etude nationale nutrition santé concernant les données disponibles en 2006, montrent que 63,9% des hommes et 62,5% des femmes pratiquent au moins 30 minutes d’activité physique d’intensité modérée cinq fois par semaine. L’activité physique doit bien être considérée comme une thérapeutique à part entière et une activité d’intensité modérée de 30 minutes par jour est associée à une réduction du risque de mortalité de l’ordre de 30%. Cette activité réduit incontestablement le risque cardiovasculaire (diminution du tonus sympathique, augmentation du tonus parasympathique, baisse des chiffres tensionnels, amélioration du profil lipidique, diminution de l’ insulinorésistance, maintien du poids). De plus, une activité physique en endurance a un effet anti-thrombogène par réduction de l’agrégation plaquettaire.

En ce qui concerne les cancers, une activité physique diminue le risque de cancer du colon de l’ordre de 40 à 50%, le risque de cancer du sein de 30 à 40% pour les femmes ayant une activité physique équivalente à 4h par semaine, le risque de récidive du cancer du sein de 20 à 50% pour les femmes déjà traitées pour un cancer, le risque de cancer de la prostate, de l’endomètre et du poumon.

Le sport intervient sur la prévention de la perte osseuse liée au vieillissement. Marcher au moins 4h par semaine diminue le risque de fracture du col du fémur de 40% par rapport aux femmes qui marchent moins d’une heure par semaine. L’activité physique modérée a aussi un effet protecteur sur le cartilage (l’exercice physique ne majore pas l’arthrose même si à la reprise du sport, on peut observer des épisodes inflammatoires).

Au niveau cérébral, l’activité physique est associée à un risque plus faible de maladie d’ Alzheimer et de démence ainsi qu’à un moindre déclin des fonctions cognitives avec l’âge. Elle réduit aussi les niveaux d’anxiété et de dépression. Sur le plan pulmonaire, elle améliore la fonction respiratoire. L’activité physique stimule la fonction immunitaire.

Les recommandations sont une activité aérobie au moins 30 minutes par jour (type marche rapide s’accompagnant d’une accélération de la respiration à la limite de l’essoufflement). Ce peut être une activité de la vie courante dans la mesure où la durée de chaque séance est au moins égale à 10 minutes consécutives. Il faut également pratiquer des activités de renforcement musculaire venant compléter les activités d’endurance mais ne jamais les pratiquer en apnée (le sujet doit respirer en même temps). Les plus de 65 ans ajouteront des exercices d’assouplissement (gymnastique, stretching) au moins deux jours par semaine pendant au moins 10 minutes et les sujets à risque de chutes pratiqueront des exercices d’équilibre.

09B0131

(publié le 21 janvier 2009)