Les facteurs associés aux troubles du sommeil : l’apport de l’enquête EVS

F. Beck, L. March, R. Guignard, C. Cavalin, F. Maillochon, D. Léger La Santé de l’homme, 2010, n°407, pp. 8-11. bibliographie
L’enquête EVS (événements de vie et santé) réalisée en 2005-2006 par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère de la Santé, a concerné 10 000 hommes et femmes représentatifs de la population âgée de 18 à 75 ans. Réalisée dans le but d’établir des liens entre la santé, les violences et les évènements de vie de la population résidant en France, elle a permis également d’apporter des éléments quantitatifs sur certaines dimensions de la qualité du sommeil.
Il apparaît que près de 40% des personnes interrogées déclarent subir de façon chronique au moins un trouble du sommeil parmi cinq des principaux symptômes de l’insomnie.
Les troubles du sommeil sont associés de manière significative à des situations précaires et à certains évènements de vie difficiles tels que les violences subies, ou le fait d’avoir vécu un évènement grave au cours de leur vie.
Les femmes, les personnes les moins diplômées, les personnes les plus en difficulté financièrement, les chômeurs, les inactifs, les personnes veuves et divorcées, les personnes en mauvaise santé et notamment celles ayant au moins une maladie chronique, souffrent davantage des troubles du sommeil.
L’âge semble, pour sa part, davantage lié à la nature spécifique du trouble considéré. Ainsi, la liaison entre l’âge et les difficultés à se rendormir est croissante alors qu’elle est décroissante avec le sentiment de fatigue au réveil.
Si, globalement, les femmes apparaissent plus vulnérables, c’est probablement en raison d’une souffrance psychique plus forte , plutôt qu’en raison de différences comportementales (soins aux enfants la nuit, expression plus facile par rapport aux troubles du sommeil) ou hormonales.
(publié le 25 août 2010)