Perceptions des survivants au cancer et des employeurs concernant le travail après un traitement pour cancer.

Cancer survivors’and employers’ perceptions of working following cancer treatment E A Grunfeld, E Low, A F Cooper Occupational Medicine, 2010, vol 60, n°8, pages 611-617. Bibliographie.

Les progrès dans le diagnostic et les améliorations dans les taux de survivants après traitement ont conduit à une augmentation du nombre de survivants au cancer pour lesquels une reprise du travail est une issue réaliste. Cependant, les survivants au cancer sont confrontés à un certain nombre de défis lorsqu’ils retournent sur leur lieu de travail. On dispose de peu de connaissances sur la perception des patients concernant leur maladie et leurs croyances sur la façon dont leur traitement peut affecter leur reprise du travail. De même, il y a peu de données sur les croyances des employeurs quant à l’impact du cancer sur le travail.

Les buts de cette enquête londonienne étaient de déterminer les croyances des patients et des employeurs concernant l’impact du cancer sur la reprise du travail et d’identifier les différences dans les croyances portées par les patients et les employeurs. Des patients en arrêt maladie dû à des cancers du sein, urologiques, gynécologiques ou de la tête et du cou ont complété un questionnaire pendant les 4 semaines au cours desquelles ils étaient traités. Des employeurs, d’entreprises moyennes ou grandes, sans lien avec les patients, ayant répondu à la sollicitation des enquêteurs ont complété le même questionnaire. Le questionnaire était centré sur la perception de l’impact du cancer et de son traitement sur le travail et sur une version adaptée du Questionnaire bref sur les Perceptions de la Maladie.

Cent quatre vingt quatorze patients (taux de réponse 82 %) et 252 employeurs (taux de réponse 31 %) ont complété le questionnaire. Les répondants issus de directions d’entreprise avaient davantage de croyances négatives sur l’impact du cancer et de son traitement sur le travail et ils avaient d’une manière générale davantage de perceptions négatives de la maladie à propos du cancer en relation avec le travail.

En conclusion, une divergence entre les croyances des employeurs et des survivants au cancer pourrait avoir un impact sur la gestion du personnel et sur la réponse des employeurs aux attentes des survivants. De ce fait, il est important que les plans de reprise de travail prennent en compte la mise au clair des croyances des employés.

(publié le 19 septembre 2011)