Un sommeil de qualité : un enjeu de santé au travail et de santé publique

E. Phan Chan The Préventique-Sécurité, 2011, n°120, pp.53-57
On estime de 20 à 40% le pourcentage de salariés se plaignant de leur sommeil avec pour principale conséquence la somnolence et la baisse de vigilance. Il s’ensuit des répercussions sur la vie en entreprise, en termes de risques, de santé, de sécurité et d’accident du travail.
Le syndrome d’apnées du sommeil qui concerne à lui seul 5 à 8% de la population (mais ignoré par 80% des personnes atteintes) mériterait plus d’attention, mais la démarche est délicate car il porte sur une donnée privée.
Il faut aussi compter avec tous les couche-tard/lève-tard (dont font partie les adolescents et les adultes jeunes) qui sont perpétuellement malmenés dans notre société par des horaires de travail imposés qui conviennent mieux aux gens du matin.
Le mauvais sommeil a un impact sur le travail et se manifeste par absentéisme, manque d’entrain, de dynamisme, de concentration et défaut de vigilance.
La somnolence est la première cause d’accident mortel sur autoroute (un accident mortel sur trois). La somnolence augmente le risque d’accident par 8,2 et la conduite entre 2 et 5 heures du matin le multiplie par 5,6. La privation de sommeil a été aussi reconnue comme cause de plusieurs catastrophes industrielles de grande ampleur (Bhopal, la navette Challenger ou le pétrolier Exxon Valdez, Tchernobyl)
Il est important d’informer le grand public et le monde de l’entreprise sur la nécessité d’un temps de sommeil suffisant. Les jeunes (surtout) deviennent esclaves des nouvelles technologies et ont perdu de ce fait en 30 ans, plus de 2 h de sommeil par nuit. Faudra -t-il instituer un jour, un "couvre feu technologique " ?
Les entreprises doivent se préoccuper de l’organisation du travail afin de favoriser une harmonie entre vie professionnelle et vie familiale, et s’efforcer de diminuer la durée du temps de travail quotidien domicile-travail.
Des recommandations sont formulées dans cet article afin de favoriser une bonne hygiène de sommeil (hygiène de vie, alimentation, activité sportive, respect de son propre rythme) et de rester vigilant au volant (sieste, hygiène alimentaire, pauses, limitation du temps de conduite).
(publié le 12 avril 2012)