Effets de la situation d’aidant non professionnel sur le travail et la santé

N. Chadili, M. Coll-Cabarrus, P. Fau-Prudhomot, C. Le Jeune, F. Locher, P-Y. Montéléon, M-L. Sanchez-Bréchot, C. Wargon Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2017, vol.78, n°3, pp. 239-251. Bibliographie

L’objectif de l’étude était de décrire les caractéristiques sociodémographiques et médicoprofessionnelles des salariés en situation d’aidant et d’apprécier le retentissement sur le travail, le maintien dans l’emploi et la santé concernant les possibilités d’aménagement du poste et des conditions de travail, l’impact sur l’évolution professionnelle, la cessation temporaire du travail et l’attention portée à sa propre santé.
Un aidant correspondant à " toute personne qui accompagne et soutient régulièrement un parent, un enfant, un proche en situation de handicap ou de perte d’autonomie, totale ou partielle ".

L’étude a été menée par enquête descriptive transversale par auto-questionnaire anonyme standardisé complété par des entretiens semi-dirigés.
155 questionnaires ont été analysés ; il s’agissait à 71,6% de femmes d’âge moyen 47 ans, travaillant à 63,8% dans des bureaux.

Huit aidants sur 10 déclaraient ne bénéficier d’aucune allocation spécifique.
" Près de 20% (17,6%) avaient des difficultés à concilier leur situation avec la vie professionnelle. Plus d’un tiers (37,4%) a été amené à suspendre temporairement son activité professionnelle. Une même proportion a relaté des accidents de parcours professionnel ou un frein à l’évolution de carrière (32,2%). _ Un quart des aidants a bénéficié d’un aménagement du poste de travail.
Un tiers (33,6%) déclarait ne pas pouvoir consulter un professionnel de santé aussi souvent que nécessaire.
L’analyse multivariée a retrouvé des facteurs de risque en lien avec la conciliation situation d’aidant - vie professionnelle, les accidents de parcours professionnel, ainsi que le poids du handicap ressenti".

Des entretiens conduits par les assistantes sociales du travail ont abouti à une typologie en 3 profils :

  • le "super héros" qui regroupe principalement les parents d’enfant handicapé, où le ressenti de la situation d’aidant n’est pas forcément perçu comme lourd, en raison de la souplesse de leur hiérarchie acceptant des aménagements de poste et de la reconnaissance de la personne aidée et/ou de l’entourage ;
  • le "méritant" : qui aide principalement un parent ou son conjoint. Il ressent la situation comme lourde mais supporte l’insupportable du fait du fort sentiment de reconnaissance ;
  • l’"écartelée" : il s’agit exclusivement de femmes qui consacrent 2 à 5h par jour à la personne aidée et qualifient leur situation de "très lourde ". La conciliation situation d’aidant - vie personnelle et vie professionnelle est problématique et provoque chez l’aidant un sentiment de tiraillement d’autant qu’il n’existe pas de reconnaissance de la personne aidée ou de l’entourage.

Une attention doit être portée aux aidants car il vivent un "handicap indirect " et en arrivent à négliger leur propre santé. Les services de santé au travail sont légitimes à proposer des aménagements d’ordre professionnel en l’absence ou en complément des dispositifs d’aide institutionnels.

(publié le 2 octobre 2017)