Etude Record : quel lien entre poids, activité physique et environnement urbain ?

B. Chaix, C. Leal, D. Evans, S. Havard, N. Baudet La Santé de l’Homme, 2009, n°402, p.22-23
L’étude Record (Residential Environment and Coronary heart Disease : en français, environnement résidentiel et maladies coronaires) a pour objectif d’étudier les disparités sociales et territoriales de santé qui existent en Ile-de-France, et particulièrement les maladies coronaires et leurs facteurs de risques. L’étude a porté sur plus de 7 000 personnes âgées de 30 à 79 ans enquêtées dans le cadre d’examens périodiques de santé proposés par la sécurité sociale dans 112 communes d’Île-de-France. Record a constaté des disparités d’obésité massives entre populations favorisées et défavorisées. Le pourcentage d’individus obèses augmente à la fois lorsque diminue le niveau d’instruction des individus et lorsque diminue le niveau d’instruction moyen de leur quartier de résidence. Record a également constaté que l’environnement de résidence peut soit encourager soit décourager à marcher autour de chez soi, ce qui pourrait avoir des répercussions sur le statut pondéral des personnes. A caractéristiques individuelles égales, on observe, par exemple, des temps de marche supérieurs dans les quartiers où un grand nombre de services sont accessibles à pied. Il apparaît également que les personnes qui vivent dans un environnement contenant des parcs ou des espaces verts agréables ont rapporté un temps de marche récréative supérieur aux autres. En conclusion, " à niveau d’instruction et de revenu égal, plus on vit dans un quartier avec peu de commerces proches et peu d’espaces verts de loisirs et plus sa durée de marche est faible".
(publié le 11 janvier 2010)