Obésité

A. Basdevant, D. Jacobi, R. Buzelé, C. Couet, M. Pigeyre, J-L. Schlienger, A. Chirila, B. Gaborit, P-E. Morange, A. Dutour, S. Boullu-Ciocca, D. Quilliot, G. Roché, H. Mohebbi, M-A. Sirvaux, P ; Böhme, O. Ziegler, J. Thereaux, N. Veyrie, N. Corigliano, A. Aïssat, S. Szervajean, J-L. Bouillot, C. Ciangura, D. Nocca, V. Lindecker, B. Dubern, M. Romon La Presse médicale, Dossier thématique, 2010, vol.39, n°9, pp.899-973. Bibliographie
L’obésité est une préoccupation de santé publique. Le fait est que son incidence double tous les quinze ans, que les formes sont de plus en plus graves chez des individus de plus en plus jeunes.
Ce dossier thématique vise à mieux comprendre les multiples enjeux de cette véritable pandémie qui touche 400 000 millions d’adultes dans le monde et qui concerne les pays en développement au même titre que les pays développés.
L’obésité est une maladie à part entière et non un problème uniquement comportemental. La mise en évidence d’anomalies génétiques dans le cadre de l’ obésité a permis d’améliorer les connaissances en termes de physiologie.
Initialement réversible, elle tend à devenir chronique du fait de l’apparition d’une maladie d’organe : le tissu adipeux, siège de profonds remaniements fonctionnels.
C’est aussi une maladie responsable d’une surmorbidité et d’une surmortalité. Ses complications les plus fréquentes sont les maladies cardiovasculaires et respiratoires, le diabète de type 2 et l’arthrose, mais bien d’autres maladies sont associées à l’obésité.
La prise en charge vise quatre objectifs : la prévention de la prise de poids, la stabilisation pondérale, le traitement des comorbidités et enfin la perte de poids, mais la stratégie thérapeutique doit être réaliste dans ses buts comme dans ses moyens. Le problème majeur des régimes est la compliance à long terme.
La chirurgie bariatrique est le seul traitement permettant d’obtenir des résultats significatifs et durables. Elle est indiquée chez les patients avec indice de masse corporelle supérieur à 40 kg/m2 associé à un ou plusieurs facteurs de comorbidité ; mais cette chirurgie comporte des risques spécifiques de mortalité, de complications chirurgicales et nutritionnelles, parfois psychologiques et nécessitent une préparation et un suivi optimal.
La prévention de l’obésité impose des changements durables des comportements en agissant sur les différents leviers ( individuels, mais aussi environnementaux et sociétaux). Les médecins ont un rôle essentiel à jouer dans la sensibilisation et la prise en charge des patients mais l’accompagnement peut être aussi moins individuel, basé sur le travail en synergie avec les acteurs du social et du médicosocial.
(publié le 16 décembre 2010)