Sous-produits de chloration dans l’eau du robinet et qualité du sperme en Angleterre et au Pays de Galles
Chlorination by-products in tap water and semen quality in England and Wales

N. Iszatt, M. Nieuwenhuijsen, J. Bennett, N. Best, A. Povey, A. Pacey, N. Cherry, M. Toledano Occupational and Environmental Medicine, 2013, vol 70, n°11, pages 754-760. Bibliographie.

Les sous-produits de désinfection (SPDs) ont été associés avec des altérations de la qualité du sperme chez des animaux de laboratoire, bien que la preuve pour les trihalométhanes (THMs) soit limitée. Trois petites enquêtes épidémiologiques ont trouvé une légère tendance d’association entre les SPDs et la survenue d’altérations de la qualité du sperme chez l’homme. En recourant aux données d’une grande enquête cas-référent (l’Enquête Grossesse et Produits Chimiques, Chaps-UK), les auteurs anglais ont exploré l’association entre le total des THMs (TTHMs), le chloroforme et le total des THMs bromés avec la concentration en spermatozoïdes, le pourcentage de spermatozoïdes mobiles et la concentration en spermatozoïdes mobiles (CSM). L’enquête Chaps-UK a recruté des hommes de 13 cliniques spécialisées dans la fertilité dans neuf centres urbains d’Angleterre et du Pays de Galles entre 1999 et 2002. Les auteurs ont lié les concentrations modélisées de THMs dans des zones d’eau avec les données sur la qualité du sperme pour 642 cas (hommes ayant une faible CSM) et 926 référents (autres hommes explorés pour infertilité) basées sur le lieu de résidence des hommes lors des prélèvements de sperme. Les auteurs ont évalué le risque de faible CSM en relation avec l’exposition aux SPDs en utilisant les concentrations en THMs continues. Une analyse secondaire a exploré les suites continues (CSM, concentration en spermatozoïdes et pourcentage de spermatozoïdes mobiles). Dans l’analyse cas-référent, il y avait peu de preuve d’une augmentation du risque avec les concentrations de chloroforme, de total des THMs bromés ou des TTHMs après ajustement (OR pour 10µg/l TTHM : 1,01 ; IC 95 % 0,91 à 1,12). De même, il n’y avait aucun effet significatif des THMs sur les suites continues.

En conclusion, dans la plus grande étude pour mettre en cause les effets des SPDs dans les réserves d’eau potable fournie au public, sur la qualité du sperme, les auteurs ont trouvé que les concentrations de THMs n’étaient pas associées avec la mauvaise qualité du sperme. Des recherches à grande échelle concernant d’autres SPDs (comme les acides haloacétiques) et d’autres paramètres de la qualité du sperme (comme la morphologie des spermatozoïdes et/ou l’intégrité de l’ADN des spermatozoïdes) sont recommandées.

(publié le 16 juin 2014)