Les régimes alimentaires " à la mode" peuvent-ils être dangereux ?

C. Bouteloup La Revue du Praticien, 2019, vol.69, pp. 1051-1054. Références

Les régimes alimentaires particuliers deviennent un phénomène de société de plus en plus développé, qui peuvent avoir des effets bénéfiques dans le cadre d’indications justifiées mais aussi exposer à des risques.

Le régime sans gluten est le seul traitement pour la maladie cœliaque et l’allergie au blé ; son efficacité est controversée dans l’hypersensibiité au gluten non cœliaque. Il exclut de l’alimentation tout aliment élaboré à partir de blé, de seigle et d’orge (pain, pâtes, pâtisseries, tartes..), ce qui peut entraîner des déficits nutritionnels (protéines, vitamines du groupe B, fibres, minéraux), s’ils ne sont pas compensés. La richesse des produits industriels sans gluten, en sucres, lipides ou sel serait un facteur de risque de syndrome métabolique, voire d’obésité et de maladies cardiovasculaires.

Le régime sans produits laitiers ne doit concerner que l’adulte allergique aux protéines de lait ou intolérant au lactose.
Un tel régime expose à un déficit protéique plus particulièrement chez le sujet âgé (supplémentation nécessaire par viande, poisson et œufs) et à un déficit en calcium avec ses conséquences osseuses, supplémenté par eaux riches en calcium, ou lait délactosé en cas d’intolérance au lactose.
A contrario, la consommation de lait réduit le risque de diabète de type 2 et de syndrome métabolique.

Les régimes végétariens ont des effets bénéfiques pour la santé : diminution de l’indice de masse corporelle, diminution du diabète de type 2, de l’insulinorésistance, de l’hypertension artérielle, du cholestérol….
Les risques de carence existent surtout avec le régime végétalien /vegan qui exclut viande et ses dérivés, poissons et produits de la mer, œufs, lait, miel. Les déficits d’apport protéiques seront compensées par une consommation variée de céréales et de légumineuses. Les carences en vitamine B seront compensées par des compléments alimentaires. Les apports insuffisants en calcium et vitamine D seront supplémentés en plus d’une exposition solaire.

Le régime pauvre en FODMAP (fermentable oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides and polyols) exclut les glucides à chaîne courte, peu absorbés, fermentescibles. Les FODMAP sont présents dans grand nombre d’aliments à l’état naturel mais aussi de plus en plus dans les produits transformés. Les effets à long terme ne sont pas connus. il n’est pas recommandé au-delà de période courtes (4 à 6 semaines).

Le régime cétogène consiste à diminuer de façon importante les glucides avec un apport normo ou hyper protéique et une augmentation des lipides. Il n’est pas toujours bien supporté : troubles digestifs, asthénie, céphalées. Il a des effets positifs sur le profil lipidique mais l’effet sur la pression artérielle n’est pas significatif. Un diabète de type 2 serait possiblement amélioré mais le risque est la lithiase rénale.
Les effets à long terme ne sont pas connus.

Il paraît incongru d’adopter un régime alimentaire qui exclut certains nutriments indispensables, sans prendre l’avis d’un nutritionniste ou d’une diététicienne, car ces régimes peuvent avoir des effets bénéfiques sur la santé mais peuvent aussi être dangereux.

(publié le 19 mars 2020)