Nutrition
L’entreprise peut-elle jouer un rôle ?

K. Delaval Travail et Sécurité, 2017, n°782, pp.30-31

Le chef d’entreprise a un devoir de prévention pour la santé de ses salariés. Il peut, sans y être obligé, contribuer aux programmes de nutrition mis en place dans l’entreprise.
En France, plus d’un million de repas sont servis en moyenne chaque jour par les sociétés de restauration collectives, qui sont généralement des prestataires de services répondant à un cahier des charges établi par l’employeur.
Il est possible :

  • d’orienter le salarié vers des choix sains en mettant en valeur les produits que l’on souhaite voir consommés, tels les fruits et légumes ou en soignant la présentation,
  • de proposer des produits frais et bien identifiables,
  • de laisser à l’utilisateur le soin de choisir les ingrédients de sa propre salade et de composer son assaisonnement à sa guise,
  • de faire appel à des diététiciens pour des menus parfaitement équilibrés,
  • de diminuer les teneurs en sucres simples ajoutés,
  • de diminuer l’utilisation du sel,
  • d’augmenter les apports en fer et en calcium,
  • d’améliorer la qualité des matières grasses et de rééquilibrer les acides gras.
(publié le 11 juillet 2017)