Le caisson hyperbare

E. Jordy, M. Dhalluin Brame Contact et Urgences, 2009, n°167 ; p.4-9

Le principe de l’oxygénothérapie hyperbare (OHB) consiste en l’administration d’oxygène par voie respiratoire à une pression supérieure à celle de la pression atmosphérique. Les mécanismes physiologiques de cette oxygénothérapie hyperbare reposent sur la loi de Mariotte (compressibilité des gaz), la loi de Henry (dissolution des gaz dans l’eau), la loi de Dalton (toxicité des gaz en fonction de la nature de ceux ci et de leur toxicité). D’autres effets sont exploités en hyperbarie : effet bactériostatique et bactéricide, effet sur les micro circulations, effet sur les processus de réparation conjonctive. Les risques qui limitent l’utilisation de cette hyperbarie découlent précisément des lois citées ci-dessus et consistent en risques biochimiques, biomécaniques et biophysiques sans oublier le risque incendie lié à l’augmentation du taux d’oxygène. Les pathologies susceptibles de bénéficier de l’hyperbarie sont l’embolie gazeuse accidentelle essentiellement iatrogène, l’intoxication au monoxyde de carbone, l’infection anaérobie des tissus mous, l’accident de décompression mais aussi d ’autres pathologies telles que l’ischémie aigue des membres, les affections vasculaires à composante cutanée ou cutanéo-musculaire, la surdité brusque, les greffes..... La prise en charge se déroule en trois phases : temps de compression, phase de plateau thérapeutique , et phase de décompression échelonnée si nécessaire par des paliers de sécurité, après une prise en charge psychologique et éducative. Un soignant accompagne systématiquement le patient pendant la séance d’OHB.

09B10161

(publié le 14 décembre 2009)