Les défibrillateurs sauvent des vies mais nous sommes sous-équipés

Protection Individuelle et Collective, PIC, 2012, n°73, pp.48-53

Depuis le décret du 4 mai 2007, en présence d’une victime inconsciente et ne respirant pas, tout un chacun peut utiliser un défibrillateur automatique externe (DAE)
Le DAE est un appareil portable, qui analyse automatiquement l’activité du cœur et délivre si nécessaire un courant électrique par l’intermédiaire d’électrodes fixées sur la peau. Son utilisation permet de resynchroniser le cœur victime d’une fibrillation ventriculaire .
40 000 arrêts cardiaques sont comptabilisés chaque année en France (soit 110 par jour).
Malgré les 70 000 appareils à disposition en France dans les espaces publics et les entreprises, seules 2 à 7% des victimes survivront.
Ce maigre résultat est lié au retard à l’utilisation du DAE.
La faute en est :

  • à l’emplacement inadapté des appareils (chacun devrait pouvoir y accéder en trois minutes) ;
  • au manque de sensibilisation du grand public qui devrait avoir bénéficié au moins une fois de la démonstration à l’usage de cet appareil (au demeurant fort simple) et qui devrait savoir reconnaître le logo vert qui identifie la présence d’un DAE ;
  • à la crainte des utilisateurs à intervenir rapidement : il faut oser utiliser l’appareil dans une situation qui peut affoler, car chaque minute perdue fait chuter de 10% les chances de survie ;
  • à la maintenance insuffisante (20% du parc de DAE ne serait pas en état de fonctionner).
(publié le 23 août 2012)