Place du médecin du travail dans l’organisation des urgences en milieu de travail

A. Chamoux, C. Dang, M.C.Soula, F. Dolveck, P. Havette, F. Coudurier, S. Leprest, A. Descatha Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, 2009, vol. 70, n° 2, p. 174-171. Bibliographie

Si tout médecin a obligation de porter secours, le médecin du travail n’échappe pas à cette règle mais inscrit son action au travers d’une équipe à intervenants multiples. Dans le contexte de l’urgence, différentes responsabilités sont concernées : la responsabilité morale, la responsabilité civile, la responsabilité pénale, toutes deux responsabilités juridiques et la responsabilité déontologique, en sachant que la responsabilité pénale peut être supprimée en cas de nécessité (article 122-7 du Code pénal). Le médecin du travail intervient déjà en tant que conseil auprès du chef d’entreprise pour mettre en place les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs de l’établissement. « Des moyens d’alerte doivent être disponibles dans l’entreprise de façon à pouvoir assurer une alerte rapide en cas d’urgence, vers le personnel du service de santé au travail comme vers les secours extérieurs. Les consignes d’alerte, les numéros à composer en cas d’urgence doivent être clairement affichés, y compris pour les travailleurs isolés ». Le médecin du travail peut s’impliquer dans la formation en matière de sécurité au bénéfice des salariés, formation que ces derniers reçoivent à l’embauche et renouvellent périodiquement pour garantir la sécurité dans l’entreprise. Le médecin du travail est associé à la mise en place de procédures de soins d’urgence et est tenu de participer à la formation de sauveteurs-secouristes, notamment par une session adaptée aux risques spécifiques existant dans l’entreprise. Le personnel infirmier intervient dans les services de santé au travail selon des dispositions réglementaires variables selon la taille des entreprises. Il doit respecter les protocoles établis par le médecin du travail, protocoles qui auront été élaborés et discutés avant leur mise en place avec les infirmières qui les signeront. Ces protocoles seront actualisés au moins une fois par an.

09B08143

(publié le 1er octobre 2009)