Perception du risque de grippe et attitude vis-à-vis de la vaccination des étudiants en médecine et des élèves infirmiers (ères) durant les campagnes vaccinales 2007/2008 (grippe saisonnière) et 2009/2010 (grippe H1N1)

Percezione del rischio di influenza e attitudine alla vaccinazione degli studenti di medicina a infermieristica durante le campagne vaccinali 2007/2008 (influenza stagionale) e 2009/2010 (influenza H1N1) R. Falato, S. Ricciardi, G. Franco La Medicina del Lavoro 2011, vol 102, n°2, pages 208-215. Bibliographie.

La loi italienne sur la sécurité et la santé prévoit que (1) les employeurs fournissent aux travailleurs des vaccins efficaces et sûrs, (2) les médecins du travail informent les travailleurs sur les bénéfices et les inconvénients de l’immunisation. L’objectif de cette enquête était d’évaluer la perception du risque de grippe et les attitudes vis-à-vis de la vaccination chez des étudiants en médecine et des élèves infirmiers (ères) de l’Ecole de Médecine de Modène (Italie) au cours de deux campagnes de vaccination. L’enquête incluant 598 étudiants et élèves (212 vaccinés et 386 non vaccinés) exposés au virus de la grippe, a été réalisée d’octobre 2007 à avril 2008 (au cours de la campagne contre la grippe saisonnière), en octobre-novembre 2009 et de mars à mai 2010 (respectivement pendant et après la campagne contre la grippe H1N1). Des informations sur la perception de différents facteurs de risque (tabagisme, pollution liée à la circulation automobile, conduite automobile, téléphones mobiles, énergie nucléaire, boissons alcoolisées) ont été recueillies au moyen d’un questionnaire auto-administré avec des échelles à quatre modalités de Lickert (1 = risque faible, 4 = risque élevé). Les étudiants et les élèves percevaient le risque à la fois de la grippe et de l’immunisation contre la grippe à un niveau plus faible que les autres risques. Tandis que la perception globale du risque (excepté la grippe et sa vaccination) était similaire au sein des groupes, la perception du risque grippal était significativement plus faible dans le groupe 2007/2008 alors que la perception du risque lié à l’immunisation augmentait dans le groupe de 2010. L’âge, le sexe et le fait d’être étudiant en médecine ou élève infirmier(ère) n’influençaient pas la perception du risque et l’attitude vis-à-vis de la vaccination.

En conclusion, bien que la vaccination contre la grippe soit recommandée, sa couverture chez les étudiants en médecine et les élèves infirmiers (ères) est en général faible du fait de différents facteurs, comprenant une sous-estimation d’une affection évitable, le manque de connaissance sur les bénéfices de l’immunisation et, selon cette enquête, la perception du risque associé à la fois avec la maladie et la pratique de son immunisation.

(publié le 21 juillet 2011)