Rappel de vaccin tétanique dans le contexte de la prise en charge des plaies

Réponse de D. Floret à la question d’un praticien Le Concours Médical, 2013, vol.135, n°6, pp. 482-483. Bibliographie

Dans le contexte de la modification du calendrier vaccinal, quelle doit être la conduite à tenir face à une plaie en prévention du tétanos ?
La Haute Autorité de Santé (HAS) publiera ses recommandations avant la fin de l’année 2013 et en attendant, le Haut Conseil de la santé publique propose la marche à suivre suivante.
Elle est simple :

  • si le blessé est à jour de ses vaccinations (dernière dose depuis moins de 20 ans pour les personnes de moins de 65 ans ou depuis moins de 10 ans pour les personnes de 65 ans ou plus), quel que soit le type de plaie, il n’y a pas d’injection à réaliser,
  • si le patient n’est pas à jour, et en cas de plaie simple, il recevra tout de suite un rappel de vaccin contenant la valence tétanique (l’administration d’un vaccin trivalent : dTP voire quadrivalent dTcaP sera privilégiée) ;
  • si le patient n’est pas à jour et que la plaie est à risque tétanigène (c’est à dire que la plaie est susceptible d’avoir été contaminée par des germes d’origine tellurique) ou que les plaies sont majeures (étendues, pénétrantes, avec corps étranger ou traitées tardivement), il recevra dans un bras une dose de vaccin contenant la valence tétanique, et dans l’autre bras, une dose de 250 UI d’immunoglobuline tétanique humaine.

Dans tous les cas, il faudra lui préciser la date du prochain rappel conformément au nouveau calendrier (un intervalle de 25 ans est toléré pour les adultes de 25 à 65 ans et de 15 ans au-delà de cet âge, avec dans tous les cas, un intervalle d’au moins 5 ans entre deux rappels).

(publié le 29 août 2013)