Vaccin contre le virus de l’hépatite B et neuropathie démyélinisante : polémique et désinformation

S. Pol La Presse Médicale, 2009, vol 38, n° 4, p. 519-523. Bibliographie

Les polémiques alimentées depuis plusieurs années sur le vaccin contre le virus de l’hépatite B, à propos d’un lien causal avec une neuropathie démyélinisante sont déstabilisantes pour la communauté médicale et le public. Diverses commissions, conférences et auditions ont abouti à des conclusions concordantes, pertinentes et sages qui méritent d’être relayées. En effet, actuellement, la situation épidémiologique concernant le virus de l’hépatite B est inquiétante : 2 milliards d’individus dans le monde ont été infectés par le virus de l’hépatite B (VHB) et 350 millions ont une infection chronique dont 2/3 une hépatite chronique. Il existe deux foyers de haute endémie : l’Asie et l’Afrique. La France comptabilise 280 000 porteurs chroniques, 1 000 nouveaux cas annuels d’hépatite chronique et 1 000 décès liés au VHB. Or l’efficacité de la vaccination est indiscutable. Elle a été certifiée dans la population générale (personnel de santé pour lequel la vaccination est obligatoire) et dans les populations à risque (notamment hémodialysées et homosexuelles). De même les résultats à long terme de la vaccination de masse montrent à Singapour et à Taïwan où la vaccination a débuté de manière extensive respectivement en 1987 et 1984, une diminution de l’incidence du carcinome hépato-cellulaire et un effondrement du taux de portage chronique. Les experts soulignent une absence d’association chez l’enfant et un lien spécifique non prouvé chez l’adulte entre vaccination contre le VHB et démyélinisation. La conférence de consensus sur la SEP (sclérose en plaques) ne considère pas qu’elle constitue une contre-indication à la vaccination contre l’hépatite B. Dès lors, « l’idéal est une vaccination universelle dans les zones d’endémie du VHB et universelle pour les nourrissons et adolescents et ciblée sur les populations adultes à risque dans les zones de faible endémie ».

09B08141

(publié le 1er octobre 2009)