Vaccination contre la grippe : quelle efficacité ?

P. Loubet, O. Launay La Revue du Praticien, 2016, vol, n°1, pp.11-14. Bibliographie
La grippe est une affection virale respiratoire aiguë causée par Myxovirus influenzae ; 3 types ont été identifiés (A, B et C) dont deux pathogènes pour l’homme (A et B).
En France, la grippe touche chaque année entre 2 et 8 millions de personnes et provoque entre 1 500 et 2 000 morts essentiellement chez les plus de 65 ans.
L’OMS recommande chaque année la composition du vaccin contre les trois ou quatre souches en circulation.
Les effets indésirables ne dépassent pas 5%. Seules les allergies vraies aux protéines de l’œuf ou à un autre composant du vaccin contre-indiquent la vaccination.
L’efficacité vaccinale est globalement difficile à déterminer.
Une analyse réalisée en 2012 dans une population d’adultes de moins de 65 ans a montré une efficacité de 59% (intervalle de confiance [IC] à 95% : 51-67). Elle est estimée à 83% (IC à 95% : 69-91) chez les enfants de 6 mois à 7 ans.
En France, des travaux de l’Institut de veille sanitaire ont montré un impact de santé publique important de la vaccination, qui éviterait chaque année 2 000 décès chez les plus de 65 ans.
La balance bénéfice-risques reste positive pour les personnes âgées.
En Amérique du Nord, on utilise un vaccin trivalent inactivé "high dose" (4 fois plus dosé) qui a montré une meilleure efficacité chez les adultes de plus de 65 ans (augmentée de 24% par rapport au vaccin standard), mais ce vaccin n’est pas disponible en France.
La vaccination des professionnels de santé serait à encourager d’autant qu’elle est efficace chez les adultes jeunes en bonne santé, que les soignants sont plus à risque que la population générale de contracter une grippe, et qu’ils peuvent être pourvoyeurs d’infections grippales nosocomiales aux conséquences graves, notamment chez les immunodéprimés.
Les femmes enceintes sont plus à risque de contracter une grippe sévère, notamment si elle survient au cours du 3e trimestre de la grossesse. La grippe chez la femme enceinte est pourvoyeuse de fausse couche spontanée ou de menace d’accouchement prématuré. La vaccination de la femme enceinte permet aussi de protéger le nouveau-né pendant ses 6 premiers mois de vie. Aucune augmentation du risque de complications obstétricales ou fœtales n’a été mise en évidence chez les femmes enceintes vaccinées.
(publié le 28 mars 2016)