Vaccinations et coopérations entre soignants
Etat des lieux et prospectives

S. Cannasse La Revue du Praticien, Médecine Générale, 2011, tome 20, n°826, supplément, pp.28-29
En France, les professionnels de santé non médecins autorisés à prescrire et pratiquer l’acte vaccinal sont les sages-femmes, (profession médicale) et les infirmiers (profession paramédicale) mais dans des conditions définies par la loi.
Mais l’absence d’étude sur la coopération entre soignants dans ce domaine rend très difficile de savoir ce qu’il en est en pratique.
Hors de France, la même difficulté existe. Dans les pays pauvres, les vaccinations sont souvent pratiquées par des infirmiers dans le cadre de programmes nationaux de prévention, du fait de la pénurie de médecins et des difficultés d’accès aux soins médicaux. Dans les pays riches, tout dépend des modalités d’exercice de proximité et des compétences reconnues aux infirmiers et il apparaît globalement que le droit de prescription infirmière est le plus souvent limité voire inexistant.
L’IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) préconise l’implication des pharmaciens dans la vaccination des adultes. Au-delà du suivi vaccinal, elle propose qu’ils puissent faire les injections sur prescription médicale, comme c’est déjà le cas pour les infirmières, sous réserve de la réalisation d’une étude préalable et d’une information spécifique. Les officinaux pourraient également réaliser cet acte de leur propre initiative dans le cas des rappels de vaccins pour les adultes.
(publié le 26 octobre 2011)