Vaccins

D. Floret, interview de R. Bachelot, S. Cannasse, A. Mallet, C. Challeton La Revue du Praticien, médecine générale, 2009, supplément au n°826, 30 pages

Cet opuscule très documenté concerne un thème en perpétuelle évolution : la vaccination, qui est en outre en permanence l’objet de contestations et de critiques. La vaccination est en effet victime de son succès : en faisant disparaître les maladies infectieuses, elle ne laisse que l’image d’effets secondaires, le plus souvent allégués mais parfois réels. "Nous ne ferons pas progresser la cause vaccinale sans démontrer que nous entourons la vaccination de toutes les précautions nécessaires" affirme Roselyne Bachelot. En effet, la fabrication d’un vaccin est soumise à des contrôles draconiens qui représentent en moyenne 75% de la durée du cycle total de fabrication. Pourtant la vaccination n’échappe pas à la polémique comme celle qu’a connue l’hépatite B et plus récemment la grippe H1N1. Le corps médical se montre en effet réticent vis-à-vis de cette dernière vaccination alors même que le directeur de la Direction Générale de la Santé fait remarquer que le rapport bénéfice/risque est incontestablement positif. Le rôle des adjuvants a également perturbé l’opinion alors qu’ils ont déjà été utilisés sans problèmes majeurs avec d’autres vaccins et que le risque est considéré comme faible par la plupart des experts. Au demeurant, les personnels de santé et les étudiants sont de manière générale, insuffisamment vaccinés, malgré les obligations et recommandations. Quant aux patients, il reste des progrès à faire : la rougeole tue encore en France en 2009, les enfants à risque de tuberculose sont insuffisamment protégés et la couverture vaccinale contre l’hépatite B est inférieure à 30% chez les nourrissons et de l’ordre de 40% chez les préadolescents. Chez les adultes, les immunisations contre le tétanos et contre la coqueluche restent insuffisantes. Outre le calendrier vaccinal 2009 encarté dans ce document, de nombreuses informations sont détaillées, notamment la recommandation de la vaccination systématique des nourrissons âgés de 12 à 24 mois avec le vaccin antiméningococcique C et le rattrapage chez les sujets âgés de 2 à 24 ans. Beaucoup d’autres interrogations trouvent également leur réponse dans ce document d’information : retard de vaccination que faire ? Comment vacciner les asthmatiques ? Comment conseiller les voyageurs ? A cet égard, trois sites rassemblent la majorité des suffrages : le CHU de Reims, l’Institut Pasteur et le ministère des Affaires étrangères. Enfin, le document présente les recherches en cours (près de 200 vaccins sont aujourd’hui en cours de développement). Ce document mérite d’être lu par tous les médecins quel que soit leur mode d’exercice.

09B10162

(publié le 14 décembre 2009)