Associations du nombre d’heures travaillées avec l’épaisseur intima-média de la carotide et l’indice bras-cheville : l’enquête multi-ethnique de l’athérosclérose (MESA)

Associations of work hours with carotid intima-media thickness and ankle – brachial index : the multi-ethnic study of atherosclerosis (MESA) L. Charles, D. Fekedulegn, C. Burchfiel, K. Fujishiro, P. Landsbergis, A. Diez Roux, L. MacDonald, C. Foy, M. Andrew, K. Stukovsky, S. Baron Occupational and Environmental Medicine, 2012, vol 69, n°10, pages 713-720. Bibliographie.

De longues heures travaillées peuvent être associées avec des affections cardiovasculaires (ACV). L’objectif de cette enquête américaine était d’explorer les associations transversales du nombre d’heures travaillées avec l’épaisseur de l’intima-média carotidienne (EIMC) et l’indice bras-cheville (IBC).

Les participants étaient 1 694 femmes et 1 868 hommes de l’enquête multi-ethnique de l’athérosclérose. L’EIMC et l’IBC ont été mesurés au moyen des protocoles standards. Des informations sur le nombre d’heures travaillées ont été obtenues par des questionnaires. Les valeurs moyennes d’EIMC et d’IBC ont été examinées dans cinq catégories de nombre d’heures travaillées par semaine (≤ 20, 21-39, 40, 41-50 et >50) en utilisant des analyses de variance/analyses de covariance. Les valeurs du p de tendance ont été obtenues par des modèles de régression linéaire.

L’âge moyen des participants était de 56,9 ± 8,4 ans ; les hommes étaient 52,4 %. Des modèles distincts d’association entre le nombre d’heures travaillées et les biomarqueurs infra-cliniques d’ACV ont été trouvés pour les femmes et pour les hommes, bien que cette hétérogénéité selon le genre n’ait pas été statistiquement significative. Chez les femmes seulement, le nombre d’heures travaillées était positivement associé avec l’EIMC commune (mais pas interne) (p = 0,073) après ajustement sur tous les risques. Par rapport aux femmes travaillant 40 h/semaine, celles travaillant > 50 h/semaine avaient plus souvent un IBC < 1 (versus 1 à 1,14) (OR = 1,85 ; IC 95% 1,01 à 3,38). Chez les hommes, le nombre d’heures travaillées et l’IBC étaient inversement associés (p = 0,046). Il y avait une certaine preuve que l’association entre le nombre d’heures travaillées et l’IBC était modifiée par les catégories professionnelles (interaction p = 0,061). Parmi les personnes classées comme dirigeant/professionnels, le grand nombre d’heures travaillées était associé avec un IBC plus faible (p = 0,015). Aucune association significative n’a été observée parmi les autres groupes professionnels.

En conclusion, travailler pendant de longues heures peut être associé avec des ACV infra-cliniques. Ces associations pourraient être explorées en recourant à des enquêtes longitudinales.

(publié le 14 janvier 2013)