Grippe et grossesse

T. Gabas, M. Leruez-Ville, D. Le Mercier, O. Lortholary, M. Lecuit, C. Charlier La Presse Médicale, 2015, vol.44, n°6, pp. 639-653. Bibliographie.

La grippe saisonnière est plus fréquente et plus grave chez la femme enceinte, notamment lors du 3e trimestre et à cette période, le risque d’hospitalisation est multiplié par 7,9 en cas de facteurs de risques associés (diabète, insuffisance cardiaque, insuffisance rénale, asthme et anémie).
La grippe pandémique est aussi plus grave : pendant la grippe pandémique H1N1 de 2009, quatre fois plus d’hospitalisation de femmes enceintes que d’autres adultes, risques multipliés par sept de séjour en soins intensifs, mortalité quatre fois plus élevée que dans le reste de la population générale (en lien avec la survenue d’une pneumopathie).

Les facteurs associés à une sévérité sont le terme (3e trimestre ), le retard au traitement antiviral, la présence de comorbidités, et les grossesses menées avant l’âge de 18 ans et après l’âge de 35 ans.

Une grippe pendant la grossesse est associée à des avortements, un excès de prématurité. Le risque est faible de transmission de la mère à l’enfant.
En cas de contage grippal chez une femme enceinte (contact étroit direct et récent), l’indication d’un traitement prophylactique par oseltamivir est retenue.
En période d’épidémie, une température supérieure à 38°C impose une consultation médicale, voire hospitalière, où un prélèvement virologique à visée diagnostique sera réalisé par lavage ou par écouvillonnage nasopharyngé. Un traitement antiviral sera administré dans les 48 premières heures après le début des symptômes et complété en cas de doute diagnostique par un traitement par amoxiciline.
Une grippe en péripartum impose un isolement du binôme mère/enfant du reste de la maternité.
Il est recommandé de vacciner toutes les femmes enceintes ou qui seront enceintes en période d’épidémie grippale quel que soit le terme. Il est aussi possible de réaliser ce vaccin pendant l’allaitement.
Cette vaccination de la future mère est bien tolérée et confère une protection contre les grippes de l’enfant dans les premiers mois de vie et réduit les épisodes respiratoires fébriles infantiles d’environ 30%.
Il n’existe pas de recommandations sur l’entourage d’une femme enceinte par ailleurs immunocompétente.

(publié le 4 septembre 2015)