Leptospirose et milieu professionnel

V. Caron Documents pour le Médecin du Travail, 2009, n°120, p.485-489 . Bibliographie
La leptospirose est une des zoonoses les plus répandues dans le monde. En France, elle est responsable d’environ 600 cas par an, pour moitié en métropole et moitié outre-mer, dont 30% des cas pourraient être d’origine professionnelle. Elle est due à une bactérie dont il existe 225 sérotypes répartis en 23 sérogroupes. Si en métropole, le sérotype le plus fréquemment rencontré est icterohaemorrhagia, en 2007 le sérotype grippotyphosa a dépassé pour la première fois les icterohaemorrhagia. En fait, la répartition entre les différents sérogroupes varie selon les régions et les années.
Si cette maladie est liée le plus souvent aux rats et ragondins, il faut savoir que tous les mammifères peuvent être infectés à différents degrés, comme par exemple les chiens ou les porcs.
L’épidémiologie est liée aux écosystèmes : présence d’eau douce, température entre 20 et 30 °C, zones ombragées et humides. La survie des leptospires peut durer de plusieurs jours à plusieurs mois. Les conditions de contamination sont les activités au contact de l’eau douce ou les contacts avec des chiens. Les professions à risque sont principalement les égoutiers, les personnels des stations d’épuration, les professionnels d’entretien des berges et des voies navigables, les professionnels en contact avec des animaux infectés vivants ou morts ou leur environnement souillé, les professionnels des activités nautiques ou les personnels de secours et de sauvetage en milieu aquatique naturel, mais aussi les travailleurs de la culture de la banane ou de la coupe de la canne à sucre.
La contamination se fait par contact des leptospires avec la peau ou les muqueuses. L’incubation de la maladie varie entre 7 à 12 jours. La forme anictérique pseudo grippale est la plus fréquente, mais il existe une forme ictérique pluriviscérale avec atteinte hépatique, manifestations hémorragiques, congestion oculaire, pneumopathie. Quelle que soit la forme, la mise sous traitement antibiotique précoce améliore le pronostic. La leptospirose est une maladie professionnelle reconnue dans le régime général (tableau n°19) et dans le régime agricole (tableau n°5).
La prévention repose sur l’information et la formation des salariés sur les risques liés à leur métier. Les conseils sont les suivants : éviter les contacts directs avec les animaux (morts ou vivants), lutter contre la prolifération des rongeurs, porter des bottes voire des cuissardes, des gants étanches et résistants, se laver les mains après contact avec l’animal, transporter déchets et cadavres d’animaux dans des sacs étanches.
Il existe un vaccin mais qui ne protège que contre le sérogroupe icterohaemorrhagia et il convient lors de l’évaluation des risques de tenir compte des particularités de l’exposition. Ainsi à Mayotte, le sérotype icterohaemorrhagia est absent depuis plusieurs années.
La maladie ne confère pas d’immunité durable.
(publié le 17 mars 2010)