Nouveau coronavirus (NcOV)

F. Bricaire La Presse Médicale, 2013, vol.42, n°6, pp.917-918. Bibliographie
En avril 2012 a été isolé, à partir d’un malade hospitalisé en Arabie Saoudite, un coronavirus jusqu’à présent inconnu, mais tout proche du coranavirus découvert en 2003 lors d’une épidémie de SRAS en Chine.
Depuis, plusieurs cas sont apparus : différents foyers en péninsule arabique puis secondairement en Grande-Bretagne. Des cas ont été hospitalisés en France, en Allemagne, en Italie, au Maroc et en Tunisie.
A la date du 8 juin 2013, 55 cas étaient recensés ayant engendré 31 décès.
Ce coronavirus aurait une incubation de 10 jours (jusqu’à 12 selon la revue VISA : Voyages Internationaux Santé Actualités de juin 2013).
La transmission interhumaine existe mais elle est faible. Par contre sa virulence est élevée.
La symptomatologie est respiratoire (fièvre, toux, pneumopathie grave pouvant décompenser, insuffisance rénale).
Il n’existe ni traitement viral, ni vaccin.
La prévention de nouveaux cas suppose des mesures d’isolement et de protection respiratoire, le lavage des mains et la surveillance des cas contacts.
Le traitement est symptomatique dans un service de réanimation respiratoire.
La durée de contagiosité est encore inconnue.
Il est difficile de faire des prévisions. Il est indéniable que de nouveaux agents anti-infectieux connus ou non vont émerger ou ré émerger.
Tout le monde souhaite être informé cependant il convient de rester calme mais vigilant devant une menace potentielle ; nous devons demeurer conscients des problèmes mais réactifs pour être efficaces.
Faisons confiance aux autorités compétentes qui prêtent attention à chaque alerte.
(publié le 17 juillet 2013)