Paludisme d’aéroport

B. Queyriaux, B. Pradines, L. Hasseine, S. Coste, P. Rodriguez, T. Coffinet, R. Haus-Cheymol, C. Rogier La Presse Médicale, 2009, vol.38, n°7-8, p.1106-1109. Bibliographie

Le paludisme d’aéroport est induit "par la piqûre d’un anophèle qui s’est infecté en zone impaludée et qui a été transporté par voie aérienne en zone indemne. Sa gravité particulière s’explique par l’espèce plasmodiale le plus souvent P. falciparum, l’absence d’immunité antipalustre des individus infectés et le retard thérapeutique. En effet, l’absence de séjour en zone d’endémie des malades retarde l’évocation du diagnostic". Le nombre de cas est infime en regard du nombre de cas de paludisme d’importation observé en France. Le premier cas a été diagnostiqué en 1969 et jusqu’en 2007, 28 cas ont été recensés en France. L’aspect clinique est celui d’un accès palustre classique, le signe principal est la fièvre. Il existe également des cas de paludisme des ports (anophèles infectés transportés par des navires) et deux cas ont été rapportés à Marseille et 1 à Cherbourg. La prévention repose sur la lutte antivectorielle à bord des aéronefs quittant les zones d’endémie. Il existe des mesures réglementaires de désinsectisation des aéronefs et trois méthodes sont considérées efficaces : la désinsectisation "après l’enlèvement des cales" (après l’embarquement des passagers et la fermeture des portes et avant le décollage), la pulvérisation avant-vol et au début de la descente et le traitement rémanent (les surfaces internes à l’exception des aires servant à la préparation des repas sont pulvérisées régulièrement avec un insecticide rémanent). Les compagnies aériennes utilisent généralement la désinsectisation "après enlèvement des cales". Néanmoins, elle n’offre pas une protection absolue, les moustiques présents dans les bagages des passagers, le fret ou le logement des trains d’atterrissage pouvant échapper à l’insecticide. La DDASS (Direction départementale des affaires santaires et sociales) est responsable du contrôle sanitaire aux frontières et vérifie la bonne application des mesures de désinsectisation. Le paludisme d’aéroport est une maladie à déclaration obligatoire en France.

09B10164

(publié le 14 décembre 2009)