Syndrome de Churg-Strauss

R. Garnier Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, 2011, vol.72, n°2, pp.206-207. Bibliographie.
Le syndrome de Churg-Strauss est une vascularite systémique et pulmonaire.
Elle se manifeste cliniquement par "un asthme qui peut être associé à une multinévrite, des myalgies, des éruptions cutanées diverses, une sinusite, des arthralgies, des infiltrats pulmonaires, une péricardite, une pleurésie, des lésions du tube digestif, une atteinte rénale, une myocardite, des atteintes ophtalmologiques".
Les principales anomalies biologiques sont une hyperéosinophilie sanguine, l’élévation des IgE totales, la présence d’antineutrophil cytoplasm antibodies (ANCA).
La pathogénie de ce syndrome est inconnue, mais on cite plusieurs facteurs déclenchants tels que le sevrage d’une corticothérapie instituée pour un asthme sévère, une stimulation antigénique (désensibilisation, vaccination), une infection parasitaire (ascaridiose, toxocarose).
Il est donc de règle d’éviter chez ces malades, les stimulations antigéniques et les traitements par antileucotriènes.
Plusieurs publications ont décrit des syndromes de Churg-Strauss diagnostiqués peu de temps après des hyperstimulations antigéniques (séjour dans un silo à grain, exposition à des déjections de pigeons ou à des allergènes respiratoires).
Différentes études cas-témoins n’ont pas apporté de preuve suffisante permettant d’attribuer de causes professionnelles à ce syndrome de Churg-Strauss. Il y a des preuves limitées d’une association causale entre l’exposition à la silice cristalline et le risque de vascularite à ANCA.
Toutefois, il est déconseillé de favoriser une hyperstimulation antigénique et il est souhaitable que les salariés présentant ce syndrome et exposés à des poussières ou des allergènes bénéficient d’un reclassement professionnel.
(publié le 19 septembre 2011)