Lombalgie chronique
Bouger mais pas que ...

F. Rannou, interviewé par C. Fallet Le Quotidien du Médecin, 2018, n°9679, p. 8

En France, on recense environ 5 millions de patients lombalgiques et la lombalgie chronique représente la première cause de handicap physique dans la population.
Elle altère considérablement la qualité de vie.
La lombalgie nécessite une prise en charge médicale, mais par crainte des effets secondaires médicamenteux, d’aucuns se détournent de la médecine allopathique, pour se tourner vers des pseudo-thérapies sans fondement scientifique.
La démarche est la suivante :

  • poser un diagnostic médical lésionnel précis,
  • traiter la lésion par médicament ou infiltration, mais éviter les antalgiques sur le long terme,
  • prescrire éventuellement des antidépresseurs à petite dose,
  • toujours associer un traitement physique délivré par un kinésithérapeute pour améliorer la fonction,
  • et une activité non spécifique pour traiter la chronicité ;
  • enfin, proposer une prise en charge professionnelle qui permette le maintien dans l’emploi (intervention conjointe médecin du travail-assistante sociale).

En fait, aucune lombalgie n’est semblable à une autre ; il faut bouger certes mais aussi avoir un traitement adapté.

(publié le 13 juillet 2018)