Activités physiques ou sportives quels bénéfices pour la santé ?

J.M. Oppert Actualité et dossier en santé publique (adsp), 2009, n° 67, p.20-23
La pratique régulière d’une activité physique et sportive est associée à une réduction de la mortalité et à la prévention des principales pathologies chroniques de l’adulte (maladies cardiovasculaires, bronchopathies chroniques obstructives, obésité, diabète de type 2, maladies neurologiques, rhumatismales, dégénératives, cancers). Une relation dose-réponse inverse est établie pour le risque de mortalité toutes causes confondues, pour le risque de maladies cardiovasculaires en général et plus spécifiquement d’évènements coronariens, et probablement pour le risque de diabète de type 2. Les recommandations de santé publique correspondent actuellement chez les adultes à la pratique d’une activité physique de type endurance au moins d’intensité modérée comme la marche à un rythme soutenu pendant 150 à 300 minutes par semaine ou à la pratique d’une activité physique de type endurance d’intensité plus élevée pendant 75 à 150 minutes par semaine, tout cela en plus des activités physiques minimum de la vie quotidienne. La pratique d’activité en résistance (musculation) est préconisée deux fois par semaine. Il est possible de combiner exercices d’activité d’intensité modérée et d’intensité élevée pour atteindre le quota. Pour la prévention d’un gain de poids excessif, il est préconisé de doubler la durée d’activité physique recommandée pour la population générale. Le gain le plus important pour la santé est obtenu chez les sujets inactifs qui deviennent au moins modérément actifs (environ 150 minutes par semaine d’activité physique d’intensité modérée en plus de la réalisation des activités quotidiennes). Le bénéfice supplémentaire obtenu lorsque le niveau de pratique augmente chez les sujets déjà au moins modérément actifs est démontré mais serait de moindre amplitude.
(publié le 14 décembre 2009)