Effet du chômage sur les facteurs de risque cardiovasculaire et la santé mentale
Effect of unemployment on cardiovascular risk factors and mental health

P. Zagozdzon, J. Parszuto, M. Wrotkowska, D. Dydjow-Bendek Occupational Medicine 2014, vol 64, n°6, pp. 436-441. Bibliographie.

A la suite des changements économiques en Pologne, l’augmentation des écarts sur l’état de santé a été observée au cours d’une période de 20 ans, en partie attribuable probablement aux conséquences du chômage.

Cette enquête polonaise évalue l’association entre le chômage, les principaux facteurs de risque cardiovasculaire et la santé mentale. Une étude transversale a recueilli les données entre 2009 et 2010 lors des examens de santé préventifs d’un service de médecine du travail à Gdansk (Pologne). Les données sur la tension artérielle, la fréquence cardiaque de repos, des informations sur les habitudes tabagiques, l’indice de masse corporelle et le recours à des soins psychologiques ont été recueillies au cours de ces évaluations. Une régression logistique multiple a été utilisée pour l’analyse des données avec ajustement sur l’âge, le sexe, l’éducation et la durée d’emploi.

3 052 chômeurs et 2 059 salariés ont participé à l’étude. Après ajustement sur l’âge, le sexe, l’éducation et le nombre d’emplois précédents, l’odds ratio (OR), pour l’hypertension artérielle liée au chômage, était égal à 1,02 (IC 95 % de 0,84 à 1,23). On trouvait une association statistiquement négative entre le surpoids et le chômage (OR = 0,81 ; IC 95 % de 0,66 à 0,99). Fumer était positivement associé au chômage, après ajustement sur l’âge et le sexe (OR = 1,45 ; IC 95 % de 1,25 à 1,67). Il y avait une relation positive entre la maladie mentale et le chômage chez les participants de l’étude (OR = 2,05 ; IC 95 % de 0,9 à 4,65), mais de façon non statistiquement significative. Les modèles des principaux facteurs de risque cardiovasculaire diffèrent entre les chômeurs et les travailleurs en Pologne. Ces observations suggèrent que le statut professionnel est un facteur prédictif de profil de risque de maladies spécifiques. Ainsi, des mesures de prévention spécifiques sont nécessaires pour les chômeurs.

(publié le 4 décembre 2014)