Etude DEPISTRA : DEPIStage de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) par des médecins du TRAvail de Rhône-Alpes.

J-C. Guérin, J-P. Baud, J-C. Besson, A. Boggio, P. Devillier, D. Dusser, G. Huchon, J-F. Muir, A-B. Tonnel, E. Weitzenblum, le Groupe BPS Documents pour le Médecin du Travail, 2011, n°126, pp.275-281. Bibliographie
La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie fréquente et donc un important problème de santé publique. Elle concerne de 3 à 4,5 millions de personnes en France et provoque plus de 16 000 morts par an. Seulement 1/3 des patients sont diagnostiqués et la moitié de ceux-ci sont traités. La principale cause est le tabac mais 15% des cas sont en lien avec des expositions professionnelles, environnementales ou domestiques à des polluants.
Une étude transversale a été menée auprès de 419 sujets par 22 médecins du travail appartenant à trois secteurs professionnels différents (chimie, BTP, tertiaire) avec l’objectif d’évaluer l’intérêt et la faisabilité d’un dépistage de la BPCO en consultation de médecine du travail.
Dans cette étude, la prévalence de la BPCO diagnostiquée par spirométrie a été de 5,73% (24 sujets). Parmi eux 79% continuaient à fumer et 21% étaient d’anciens fumeurs. Les symptômes respiratoires étaient recueillis par un questionnaire auto-administré.
Il a été observé des BPCO plus sévères dans l’industrie du bâtiment et dans le secteur tertiaire par rapport à l’industrie de la chimie et l’analyse étudiant la relation entre l’exposition professionnelle à des agents polluants et la sévérité de la maladie n’a pas montré de différence entre les sujets exposés et les non exposés.
A la suite de ce dépistage, des conseils hygiéno-diététiques ont été prodigués dans 74% des cas par le médecin du travail. Les sujets diagnostiqués ont été orientés vers le médecin traitant dans 41% des cas et vers le pneumologue dans 24% des cas. Les préconisations du médecin du travail ont été suivies par moins de 1/3 des salariés.
Il est important de sensibiliser les médecins du travail à la BPCO et à sa prise en charge et d’informer parallèlement les patients et la population générale.
(publié le 11 octobre 2011)