L’éradication de la poliomyélite : où en est-on en 2010 ?

D. Antona, N. Guérin Bulletin épidémiologique hebdomadaire, 2010, n°48, pp.489-493
En 1988, l’objectif d’éradication de la poliomyélite avait été fixé à l’an 2000. Au cours des dernières années, l’objectif d’éradication a été repoussé successivement à l’année 2005 puis 2010 et actuellement 2012.
Depuis 2003, à partir de l’Inde et du Nigéria, des poliovirus sauvages (PVS), ont été exportés vers des pays déclarés exempts de poliomyélite et ont été responsables de foyers épidémiques. En 2009, 23 pays ont déclaré des cas de PVS, dont 4 ont vu se rétablir la transmission du virus sauvage : Angola, Tchad, République démocratique du Congo et Soudan.
Depuis le début de l’année 2010, sept autres pays ont été recontaminés comme le Congo-Brazzaville, le Sénégal ou le Népal mais aussi le Tadjikistan, le Turkménistan, le Kazakhstan et la fédération de Russie. Le séquençage génétique du virus présent à Pointe Noire (Congo-Brazzaville) montre qu’il est proche d’une souche circulant actuellement en Angola. L’épidémie touche en majorité la population âgée de 15 à 29 ans.
Depuis 2000, plus de 10 milliards de doses de VPO (vaccin polio oral) ont été distribués dans le monde mais des zones de faible couverture vaccinale persistent, permettant une circulation prolongée des virus vaccinaux vivants dans la population et favorisant leur mutation. Ces poliovirus dérivés de souches vaccinales circulantes expriment des caractéristiques de neurovirulence et de transmissibilité provoquant des cas de poliomyélite voire des flambées épidémiques.
En France, le dernier cas de poliomyélite autochtone remonte à 1989 et le dernier cas importé à 1995. Outre le maintien d’une couverture vaccinale élevée par le vaccin polio injectable dans la population générale et la déclaration obligatoire des cas, la stratégie retenue est la surveillance renforcée des entérovirus circulant chez l’Homme et dans l’environnement. Si la couverture vaccinale est très élevée dans l’enfance, elle est sub-optimale chez les adultes (couverture estimée à 66% en moyenne) mais n’est plus que de 13% au-delà de 65 ans.
Le risque persistant d’importation dans tous les pays où la polio avait été éliminée dont la France, doit donc être rappelé et il paraît dès lors prématuré d’avancer aujourd’hui une date possible d’interruption totale de toute vaccination.
(publié le 19 janvier 2011)