La cardiologie préventive, un exemple de médecine du futur

A. Simon Préventique, 2016, n°146, pp.78-79

La prévention des maladies cardiovasculaires utilise deux stratégies complémentaires :

  • la prévention de masse tournée vers l’amélioration de l’hygiène de vie et la lutte contre les addictions qui concerne tout le monde
  • et la prévention ciblée qui décèle et traite de manière précoce, les sujets à haut risque. Celle-ci entre dans le cadre de la "médecine 4P" : prédictive, préventive, participative et personnalisée.

La première étape est la catégorisation du risque dans la population. Le risque cardiovasculaire est classé en 3 niveaux : faible, intermédiaire et élevé. La distribution de ces trois niveaux de risque dans la population générale prend la forme d’une pyramide dont le sommet est constitué par les personnes à haut risque qui représentent 3% de la population mais qui sont à l’origine de 20% des accidents coronariens.
L’évaluation personnalisée du risque repose sur l’analyse de tous les facteurs de risque à l’aide d’un algorithme qui calcule la probabilité d’accident cardiovasculaire dans 10 ans. La performance pronostique des scores est bonne lorsque le score indique un risque élevé ou un risque faible. Il est médiocre quand le risque est intermédiaire.
Pour dépister les sujets à haut risque ayant un score prétendu modéré, il est proposé l’échographie des artères carotides (qui détecte l’athérosclérose préclinique) et le scanner non injecté des artères coronaires (qui détecte le dépôt calcique). Ces investigations permettent de reclasser un quart des sujets à score intermédiaire dans la catégorie du haut risque.
Cette cardiologie préventive est en plein essor.

(publié le 3 octobre 2016)