Le certificat médical de non contre-indication au sport

E. Cuzin Le Généraliste, 2010, n°2534, p.25
Sur 26 millions de sportifs, l’Insee dénombre 16,2 millions de sportifs licenciés en 2007.
Le certificat médical de non contre-indication à la pratique sportive est obligatoire pour l’obtention d’une licence ou la participation à des compétitions. La rédaction d’un tel certificat engage la responsabilité du médecin sur le plan pénal, civil et déontologique vis-à-vis de la Sécurité sociale.
Selon la Société Française de médecine du sport, il est important de faire remplir au sportif un questionnaire préalable à la visite médicale que le médecin conservera.
L’examen clinique doit être complet accompagné d’un ECG de repos 12 dérivations, renouvelé tous les 3, puis tous les 5 ans (entre 20 ans et 35 ans). Après 35-40 ans, une épreuve d’effort est très utile puisque les morts subites sont avant tout d’origine coronarienne.
Pour la pratique des sports à risque spécifique, les fédérations proposent des centres dédiés où peuvent être rédigés ces certificats.
Le certificat sera rédigé de façon claire et sans ambiguïté, précisera les nom, prénom et date de naissance du sportif, la date du jour de l’examen ; il sera signé et tamponné par le médecin et sera remis en main propre en raison du secret médical.
La consultation motivée par ce certificat n’est pas prise en charge par la Sécurité sociale.
(publié le 28 septembre 2010)